Espaces de classe en maternelle : mon bilan

le

Je vous parlais déjà des espaces de classes ici il y a quelque temps. Mis en place il y a 2 ans dans ma classe, j’avais jusqu’à peu conservé un créneau de « rotation d’ateliers ». Et depuis la rentrée de janvier, gros changement : fini les ateliers, il n’y a plus que des espaces de classes. Alors bien sur ce n’est pas « espaces » toute la matinée. On alterne entre espaces, regroupement pour le langage, lecture d’album ou anglais, la motricité en classe entière, la récréation, la musique,… Il y a 2 créneaux d’espaces de classes, un dès l’accueil (fini le temps d’accueil libre où on saute sur les absents pour leur faire finir leur fiche !) et un après la récréation, environ 2 fois 30-40 minutes, et un dans l’après-midi. Le contenu des espaces (voire les espaces eux-mêmes) sont changés chaque période.

Au final, après une période avec ce fonctionnement, on s’est rendu compte avec mon ATSEM que les élèves avaient beaucoup progressé, qu’ils « y arrivaient » (à choisir, à rester à une activité, …) et qu’en comparant avec ce que l’on aurait fait en temps d’ateliers roulants, on était allé beaucoup plus loin ! J’ai eu quand même un « coup de mou » au bout de 15 jours où j’ai douté de ce système, le temps de se faire au changement… On a transpiré avec l’espace artistique en libre service et autonomie totale, on a grincé des dents et saigné des oreilles avec les échasses (avant de faire mettre des petits tapis au sol !!) mais maintenant je ne me verrais pas revenir en arrière. J’adore l’organisation de la classe, j’adore voir cette petite ruche qui fourmille, observer les échanges, aller d’une activité à l’autre,…

Voici un petit bilan des points à améliorer et des points positifs qui j’espère vous donnera envie de vous lancer :

Les points à améliorer :

  • préparation : on ne peut pas avoir un cahier journal « strict » et chronométré puisqu’on n’anticipe pas combien de temps prendront les activités. Exemple avec une activité de reconstitution du prénom : Quand on fonctionne en ateliers tournants avec des groupes, à la fin de la semaine (à moins d’un contretemps absence de la maitresse) tous les élèves de la classe auront participé à l’ateliers.  Avec les espaces, peut-être le lundi 4 enfants auront participé, mais le mardi seuls 2 élèves auront participé, et ainsi de suite.  Du coup on est sans cesse en train de « rebidouiller » son cahier journal, de le mettre à jour en fonction des activités.
  • la place de l’ATSEM : dans mon créneau espaces, mon ATSEM a en charge une activité, souvent artistique, avec de 1 à 5 enfants selon l’activité. Il faudrait qu’à certains moments, l’ATSEM soit « libérée » de son atelier pour pouvoir aller vers les espaces. Pour les prochaines périodes je vais l’associer aussi à la validation des espaces.
  • la validation des espaces : Pour l’instant j’ai un tableau double entrée où je coche quand les élèves ont participé aux activités de l’atelier. Pour autant certains espaces mettent plusieurs compétences en oeuvre (comme l’espace nombres ou lettres), du coup j’aimerais différencier ces cases, l’idéal étant que le « relevé d’espaces » soit en fait le cahier de réussites. Je sais que certains PE ont mis en place des brevets à valider de façon autonomes, peut-être que j’y viendrai en période 5.

Les points positifs : 

  • autonomie des élèves : contrairement au temps d’atelier « avec la maitresse » « avec l’ATSEM » ou « en autonomie »,  les enfants  ont à leur disposition dans les espaces de classe des activités à réaliser en totale autonomie. L’enseignant peut être en support au début et à la fin de la tâche pour vérifier mais se met beaucoup en retrait.
  • liberté pour la maitresse : fini le casse-tête de la rotation qui est caduque dès qu’il y a bibliothèque, un anniversaire ou un moment exceptionnel. L’organisation de la matinée et de la semaine est beaucoup plus souple, on n’a pas les yeux rivés sur la montre pour se dire « il faut tourner ! On change d’ateliers ! ».
  • individualisation des apprentissages : un exemple avec l’espace lettres. Il y a des jeux de construction autour de l’initiale, des photos pour associer l’initiale à l’enfant, puis des lettres mobiles pour reconstituer son prénom. Chacun peut trouver de quoi travailler le domaine des lettres, à son niveau. De même dans l’espace nombres, certains élèves seront encore à « distribuer 1 » alors que d’autres seront déjà sur les différentes représentations du 1 2 3. Pas grave, chacun a de quoi trouver une activité à sa portée. Un élève qui aura besoin de plus de temps aura l’occasion de refaire et refaire, avec l’appui de la maitresse, l’activité.
  • interaction entre les enfants : c’est une conséquence de l’autonomie : les enfants n’ont plus besoin (sauf certains bien sur) de l’adulte, ils se décentrent et arrivent à se débrouiller entre eux. Ils s’aident, ils se corrigent, ils se conseillent. Pour faciliter les échanges, certains espaces comme l’espace à raconter, l’espace langues ou expérimentations ont 2 places assises.
  • respect du gout et des envies de chacun : on se rend rapidement compte des gouts des enfants : certains se précipitent vers le tableau, d’autres choisissent toujours la même activité que la copine, d’autres encore celle avec l’adulte. Notre rôle aussi est d’observer ce phénomène, de montrer à l’enfant qu’il est « arrivé au bout » de cet espace et de l’inciter à aller vers d’autres activités.
  • respect du rythme des enfants : c’est vraiment un des points importants surtout en TPS PS où les besoins des enfants sont contradictoires : beaucoup besoin de bouger, se dépenser, apprendre par le corps, et en même temps très fatigable, besoin de repos, de moment de repli. Avec les espaces les enfants peuvent se rendre vers les activités de leur choix au fur et à mesure de la matinée. Souvent je remarque un des plus petits qui commence à fatiguer, je lui propose le coin repos, parfois ils y vont d’eux -mêmes en fin de matinée. Le coin repos c’est simplement une tente IK** avec des coussins, couvertures,etc qui est dans le sas de ma classe (en début d’année c’était dans la classe). A contrario, il y a un espace motricité avec des échasses, des cerceaux, des ballons sauteurs (pas en même temps hein c’est selon le projet !). Par contre l’espace motricité est délimité ave du scotch au sol et on n’en sort pas !

Bientôt la présentation en photos des espaces de classe pour la période à venir !

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. BEHA Coralie dit :

    Je fonctionne en espaces depuis 5 ans dans ma classe de MS et pour m’y retrouver dans mon cahier journal et mes préparations, je note les temps de travail en espace dans le cahier journal mais pas le contenu. J’ai un tableau à part avec l’espace, son objectif et la date à laquelle je l’ai mis en place puis le nom de tous les élèves. Je prend mes élèves en photo lors des espaces pour savoir qui a fréquenté quel espace et s’il aura besoin de revenir s’y entraîner ou s’il a réussi (pour le cahier de réussites). Je note tout dans ce tableau en fin de journée pour avoir un suivi des élèves et aussi savoir quand changer le contenu d’un espace (quand tout le monde y est passé ou qu’il n’y a plus trop d’intérêt de la part des élèves).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *