Les 9 questions à vraiment se poser avant d’adopter un chien

le

Une petite chienne a rejoint la maison depuis presque un an. En fait, je ne sais même pas comment dire : je n’aime pas le  » on est propriétaire  » qui n’est pas adapté pour un être vivant, je ne conçois pas non plus le  » maman d’une petite chienne « , il y a déjà assez de monde sorti de mon utérus, beurk… A la rigueur maitresse mais ça renvoie autre chose pour moi …

Bref, quand j’ai rencontré mon mari, je n’étais pas ce qu’on peut appeler une fana de chiens. Non seulement je n’y connaissais rien mais en plus j’en avais peur… Autant vous dire qu’avec son labrador, ma moitié a perdu quelques points : il me faisait parfois flipper, il chipait toute la bouffe qui trainait, il puait et laissait des boules de poils partout (je parle toujours du chien hein!). L’été dernier, il a soudainement dépéri et mon regard sur lui a changé. Il a fallu se faire à l’idée de le voir partir, nous avons passé quelques nuits à le veiller au pied de notre lit alors que la chambre lui était interdite… Je me suis surprise à pleurer à son  décès alors qu’au début j’avais juste envie qu’on s’en sépare…

Quelques jours après, en discutant avec mon mari, nous nous sommes rendus compte que l’on avait bien envie de reprendre un chien, bébé cette fois (bah oui, avec nos 5 enfants on s’ennuyait un peu !). On a cherché des infos sur les races de chien, on a trouvé un élevage dans le coin que nous sommes allés voir ( » avec un chéquier, juste au cas où… »). Bien sur, nous avons repéré une bébé chienne en arrivant (heureusement la même !) et nous sommes repartis direct avec elle ! Même si je suis très contente d’avoir une petite chienne, je me suis senti plusieurs fois comme une jeune maman à me dire  » Je pensais pas que c’était si dur ! Personne ne m’a prévenu que c’était comme ça… ».

  • Est-ce que j’ai du temps à lui consacrer au quotidien ?

Faut pas se mentir, si vous travaillez de 7h à 20h tous les jours, ça va être très compliqué de prendre un chien… Essayez de calculer les amplitudes horaires où vous êtes absent dans une journée (en croisant avec votre conjoint ou enfant éventuellement). Observez votre environnement proche : vous avez un jardin, un parc pas loin de chez vous ou des petites rues sympas autour desquels se balader ? Ou vous habitez au 5ème étage sans ascenseur dans une zone industrielle ? Vous êtes plutôt dispo le matin et soirées bien remplies, ou la course le matin mais à 20h on a fini de diner ? Choisissez votre camp et essayez d’y faire rentrer une petite heure chaque jour…

  • Est-ce que je suis particulièrement dispo les premiers mois ?

Entre les pipis et autres à nettoyer, les règles à assimiler, le rythme qui n’est pas fait, la nouvelle maison,… les premières semaines vont être sportives ! Ici elle n’a été propre qu’au bout de 4-5 mois (5 ou 6 pipis par jour dans la maison), en apprentissage de propreté il fallait beaucoup la sortir et être à l’écoute de ses besoins, bien la féliciter pour l’éduquer, le matin dès 5H30 6h elle couinait,… C’était sportif, alors autant dire qu’il vaut mieux ne pas être malade, enceinte, dans un nouveau boulot ou période prenante…

  • Est-ce que mon entourage va l’accepter et bien s’entendre avec lui ?

Par entourage, je ne parle pas de Tata Suzette, son avis on s’en fout ! Je pense plutôt à vos enfants par exemple : si vous avez un bébé ou un jeune enfant, est-ce qu’ils vont s’accepter mutuellement ? Est ce que vos enfants ne risquent pas de faire des conneries avec le chien – pas connerie drôle genre lui mettre un chapeau ça passe, connerie dangereuse genre lui faire boire de la javel beaucoup moins drôle… Si vous avez des enfants plus âgés ou des ados, il faut pas se mentir, ne comptez pas sur leurs promesses du style « je le sortirai tous les jours », il y a peu de chances qu’ils s’y tiennent… Peut-être avez-vous déjà des animaux, est-ce que le duo fonctionnera ? Si vous êtes en appart’, désolé pour vous mais Josette  la voisine de palier relou fait partie de votre entourage, va-t-elle supporter les aboiements nocturnes ? D’ailleurs, il existe peut-être un règlement de copro’ concernant les animaux… Des avis qui ne sont pas le votre, mais à prendre en compte quand même…

  • Est-ce que je ne suis pas rebuté par les besoins ?

Essuyer du vomi (avec des morceaux), c’est dégueu. Ramasser des crottes de chien toutes fraiches, c’est dégueu. Nettoyer du pipi qui pue, c’est dégueu. Imaginez-vous faire ça chaque jour ? Si c’est bon, foncez ! On n’a pas encore franchi l’étape des premières chaleurs, je vous en reparle bientôt ^^. Ici j’avoue lui mettre le produit anti-tiques et le spray dans les oreilles j’y arrive pas , du coup c’est mon mari qui gère ça. Moi j’essuie le vomi, c’est pas plus glorieux mais tout aussi utile !

  • Est-ce que j’ai un endroit pour le faire dormir ?

Votre chien dormira dans votre chambre, dans votre lit ? Dans la véranda, sur le canapé ? Réfléchissez à l’endroit : si vous êtes dans un studio ou très petit espace, ce sera forcément plus compliqué que dans une maison avec un garage ou une pièce qui pourra être dédié au chien… Mine de rien, même la gamelle et les croquettes, ça prend de la place.

  • Si je suis en couple, est-ce que nous sommes sur la même longueur d’onde ?

Chaque couple devrait prendre un chien avant de faire un bébé ! Niveau éducation, c’est vraiment un bon test pour savoir si vous êtes raccord, comment l’un réagit si l’autre ne le soutient pas, si vous avez le même seuil de tolérance, etc. Ça devrait être une étape obligatoire ! Mettez-vous d’accord sur quelques trucs importants (canapé autorisé ou pas, heure des repas, endroits où entreposez les affaires,etc) et répartissez-vous les rôles (promenade, repas, etc). Ensuite c’est pas très fun, mais décidez-vous dès le début pour savoir qui gardera le chien en cas de séparation (les toutous sont pas mégas fans de la garde alternée…).

  • Est-ce que je suis prêt à lui consacrer un budget ?

Si vous choisissez un chien LOF, il vous coutera certainement plusieurs centaines d’euros. Il faudra rajouter des frais vétérinaires, l’achat de matériel comme une cage de transport ou une cage pour dormir (grande bien sur !), une médaille (ou 2, pour en avoir une de change sous le coude en cas de perte), quelques jouets homologués, des gamelles,… Calculez également le prix mensuel des croquettes, repas, produits,… Une visite chez le vétérinaire peut vite chiffrer avec les produits (on l’a vu il y a quelques semaines avec une otite).

  • Qui va le garder pendant mes absences ?

De plus en plus de lieux de villégiatures acceptent les animaux, mais ce n’est pas encore le cas partout, et certains événements ou voyages ne se prêtent pas trop à être accompagné d’un chien… Estimez combien de jours par an vous êtes absent de votre domicile plus d’une journée (week-ends, fêtes, voyages, déplacements,…). Avez-vous de la famille à proximité qui pourrait passer le nourrir et le sortir ? Pour des absences ponctuelles ou pour de longues périodes ? Pourriez-vous le déposer chez quelqu’un ? Si non, avez-vous un budget à consacrer à une pension ? Ici, nous essayons de l’emmener au maximum avec nous en week-ends mais pour les voyages nous la mettons en pension. C’est entre 10 et 15 euros par jour selon les prestations.

  • Est-ce que je peux me déplacer avec lui ?

ça rejoint un peu le point précédent : est-ce que mon chien tient dans ma voiture ? Est ce que je peux l’emmener chez le vétérinaire facilement ? Est-ce que mes déplacements quotidiens peuvent être fait avec lui ? Si je vais souvent chez des amis ou de la famille, est-ce que mon chien y sera le bienvenu ou je devrais le laisser chez moi ? Mon chéri avait une préférence pour les St Bernard et les Terre Neuve mais j’ai mis mon véto : trop grand, trop difficile de se déplacer avec, à fortiori à mes pieds en voiture…

Une fois que vous avez médité sur ces 8 questions qui sont pour moi essentielles et que vous avez un semblant de réponse, vous pouvez vous lancer dans la prochaine question  : quelle race de chien ? Ici pour moi pas de réponse toute faite, c’est un peu comme le choix du prénom : ça va dépendre de vos gouts, ce sont des choix très persos. Chez nous on est parti sur le beagle car les critiques disaient que c’est un chien qui s’entend très bien avec les enfants, malicieux ; on aimait bien l’aspect physique, la couleur et le gabarit…

Et vous, vous avez pensé à prendre un chien à la maison ? Vous en avez déjà un ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *