Couple : pour une scène de ménage réussie en 5 points

Et oui, se disputer, c’est comme monter un meuble IKEA : sans mode d’emploi, on y arrive mais c’est tout biscornu et il reste toujours des petits bouts qui trainent dans le tiroir de l’entrée ou sous le canapé, qu’on va vouloir réutiliser pour la prochaine fois….

Mes nombreuses années de vie de couple, mes quelques partenaires et mon nouveau statut de femme mariée (mais oui, ça aussi, il faut que je vous le raconte !) m’ont rendu Experte en Prise de Tête, Doctorante Scène de Ménage option Dramaqueen (Coucou chéri, si tu nous lis!). Pour que votre dispute ne tourne pas trop vite en eau de boudin, voici le protocole à suivre :

  1. On se dispute en privé

Les engueulades, c’est comme le sexe : on fait ça dans l’intimité. Hors de question de se prendre la tête devant des copains, le collègue qui nous gratte ou notre belle-mère. Bien entendu, surtout pas devant les enfants (on ne sait jamais comment une engueulade peut dégénérer…) !

Cela dit, pas la peine de faire des signes et de jeter des coups d’oeil si votre chéri tente une dispute en présence d’autres personnes : ils s’en aperçoivent et c’est encore plus gênants. Pareil, les petites allusions du style  » Elle sait très bien de quoi je parle « ,  » c’est une allusion à l’été 2008 ?  » ou  » Tu veux parler de ce dont on a dit qu’on ne parlerait plus ?  » ça met tout le monde mal à l’aise, évitez. Nan franchement, pas de dérogations possibles : en privé.

2. On met de l’huile sur le feu

Faut pas se mentir, pour qu’une engueulade fonctionne bien, il faut gueuler, c’est à dire qu’il faut sortir les décibels… Pour pousser l’autre hors de ses gonds, une technique imparable dite du perroquet : répétez ce qu’il dit en exagérant, en insistant, en détachant certains mots. Exemple :  » lui = Tu n’as pas acheté de pain ?! vous = JE n’ai pas acheté de pain ? « ,  » lui = Tu as encore cédé aux caprices des enfants ! vous = j’ai CEDE aux CAPRICES des enfants ?! « . Déclinable pour tout sujet à tout moment, votre partenaire devrait se glisser dedans sans même s’en rendre compte et faire comme vous. Ce qui donne : conversation de sourds -> pinaillage sur l’utilisation des mots -> Tu n’écoutes rien de ce que je dis -> Comment tu peux oser dire ça – > blablabla. Je suis persuadée qu’à la simple lecture de ce paragraphe, je vous ai fait sortir de vos gonds. Valeur sure, je vous dis.

3. On choisit son moment

Une dispute, c’est pas comme une séance chez l’esthéticienne, ça ne se planifie pas (  » Chéri, j’ai une dispo demain de 14h à 14H30, on s’appelle pour régler nos prises de tête de la semaine ? « ). Non franchement ça gâche la spontanéité du dialogue -cf point prochain. S’il n’y a pas de moment idéal pour se disputer, il y a clairement des moments qui ont un timing plus limite : après un licenciement, après l’enterrement d’un proche, de retour de boulot après une journée bien pourrie … Remarque, le point 2 fonctionnerait à merveille…

Ménagez (parfois) votre moitié : quand vous sentez que la mayonnaise des disputes ne prendra pas, servez-lui un verre de vin et aller l’écouter (Tout en gardant sous le coude l’idée du thème de l’engueulade pour des jours plus cléments).

4. On ne vide pas son sac

En général, la dispute part d’un sujet bien précis : quasiment chaque couple est en mesure de citer 4 ou 5 sujets qui finissent invariablement par se transformer en disputes… Au choix : les chaussettes sales, la poubelle pas vidée, la collègue trop avenante, l’éducation des enfants… Mais avec un top 3 pour la belle-famille, les ex et l’argent – Que celui qui a les trois thèmes d’un coup crie BINGO !

Une dispute = un sujet. Profitez de l’avoir lancé, épuisez-le, et quand vous êtes un peu moins énervé cherchez des solutions pour le résoudre. Sinon, la dispute n’en finit plus et au bout de 10 minutes on s’entend dire  » Mais pourquoi je t’ai épousé… j’aurai dû écouter ma mère »,  » J’ai bien fait d’embrasser John au séminaire l’année dernière !  » ou  » Ton haleine me donne la nausée au réveil « . Bref, des choses qu’on aurait jamais assumé à jeun de dispute…

5. On se réconcilie avant d’aller dormir

Le meilleur remède pour éviter les scènes de ménage ? Un très bon matelas. On n’a pas envie de découcher dans le sofa de la chambre d’amis, alors on ravale sa fierté et on va s’allonger à coté de notre moitié. Bon, pas tout contre lui, puisque c’est un lit King Size – on a dit très bon matelas, bordel. Mais en tirant bien la couette il sera obligé de se rapprocher.

Blague à part, on ne se couche jamais fâché : déjà c’est pas facile de s’endormir en ruminant. Mon côté superstitieuse dirait que j’ai trop peur que l’un de nous décède dans son sommeil et que l’autre meurt de chagrin et de culpabilité (Mon dieu, j’ai vraiment lu trop de Harlequin dans ma jeunesse). En plus, on ne peut pas se coucher fâchés et se réveiller style de rien la bouche en coeur : On ne se rappelle plus bien du pourquoi et du comment, alors ça obligerait à reprendre la dispute au début mais avec un gout de réchauffé comme du mauvais café, tout le monde serait frustré… La valeur sûre, c’est se réconcilier sous la couette (et avec un peu de chance, on peut gratter un petit dej’ au lit le lendemain matin !).

Bonnes prises de tête à tous les amoureux :)

 

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. sujet tres interessant et plein de bonnes infos.

  2. Redward dit :

    Merci pour cette description à mourir de rire…jaune :)
    A froid, comme ça, ça nous fait rire mais sur le moment, qu’est-ce qu’on est mal …
    Je rajouterai au point numéro 2 : mettre son casque sur ses oreilles, regarder une vidéo youtube et dire « pas la peine de continuer de parler, je n’entends rien ». ça, ça énerve !!!
    Pour ma part, j’ai le BINGO, famille recomposée, 7 enfants à nous deux dont la petite dernière en commun, mais du bonheur et surtout la culture du ZEN :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *