Mes résolutions pour 2017 : Une meilleure moi !

Les résolutions de la nouvelle année, c’est comme Touche Pas à mon Poste : chacun a son avis dessus, il y a ceux qui aiment et ceux qui détestent. Perso, les résolutions font partie de mon rituel des fêtes de fin d’année. Nous avions d’ailleurs l’habitude avec notre père de les partager en début de soirée du réveillon. Comme d’habitude, j’y ai vraiment réfléchi : Qu’est-ce que je pourrais améliorer pour l’année à venir ? Qu’est ce que je voudrais changer ? Qu’est ce qui est important pour moi ? Plutôt que des résolutions ciblées comme  » arrêter le café  »  » ne pas voter Le Pen » ou « perdre 3 kilos  » (au choix) ou des résolutions que je ne tiendrai pas,  j’ai fait pour cette nouvelle année des résolutions assez générales dans lesquelles vous pourrez vous reconnaitre et qui vous inspireront peut-être. En 2017, je serai la même, en mieux !

  • Je prends moins les tracas du quotidien à coeur

A partir de maintenant, j’aimerais m’énerver moins rapidement et redonner aux choses l’importance qu’elles ont (ou plutôt, la non importance). Une tâche sur le canapé, la photocopieuse en panne, un(e) ex qui fait chier ? Même pas peur ! On respire un coup, on relativise. Et comme dit mon père (ou les Shadocks)  » S’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème « .

  • Je ne réagis pas à chaud

A mettre en exergue avec le point précédent… Plus de décisions prises hâtivement, plus de paroles tranchées sur le vif. L’année prochaine, j’applique le 3.0 de « tourner sa langue dans sa bouche avant de parler  » : je ne fais pas de « discussions ping pong » par texto, je relis chaque mail avant de l’envoyer (ça fait pas de mal à l’orthographe non plus).  Et n’oublions pas le précepte  » Une bonne idée prise après 23h reste rarement une bonne idée le lendemain matin « . Attendez que le soleil se lève avant de contacter votre banquier et de quitter votre mari (ou l’inverse).

  • J’écoute plus

MonChéri m’a fait remarquer que parfois je répondais  » oui  » sans avoir forcément écouté ce qu’il me disait (ou d’une demie-oreille). Je trouve ça assez intéressant de se remettre en question dans son couple et de se dire   » qu’est ce que je pourrais faire pour améliorer notre couple ? « . Je vais donc essayer d’être plus attentive (et lui moins râleur). De façon générale, ce que l’on dit (et la façon dont on le dit) doit correspondre le plus possible au message que l’on veut transmettre.

  • Je consomme moins et mieux

La sur stimulation de consommation de notre société nous pousse  à voir le  » verre à moitié vide « .  » Dis moi ce que tu as, je te dirai qui tu es « . Si au lieu de nous concentrer sur ce qui nous fait défaut, le dernier truc à la mode ou l’objet que l’on ne possède pas, on s’intéressait à ce que l’on a déjà ? J’aimerais pour cette nouvelle année, me détacher des achats matériels et poser un regard nouveau sur ce que l’on possède déjà. Mieux, s’intéresser à ce que l’on peut donner, à ce que l’on est. Par exemple, son empreinte écologique en commençant à trier ses déchets, manger moins de viande, donner à des oeuvres caritatives. Des petites choses accessibles qui peuvent avoir un impact à grande échelle.

  • Je suis plus patiente et attentive à mes enfants

Il faut pas se mentir, quand on a un travail prenant et beaucoup d’enfants, les journées ressemblent à la fois à un marathon et à une course de vitesse où l’on jongle sans cesse entre nos différentes casquettes. Nous avons déjà des petits moments « cocooning » comme l’histoire du soir et le bisou de bonne nuit, propice aux confidences. Mais je voudrais essayer de leur accorder plus de temps, ou du moins « mieux de temps » : vraiment les écouter, les observer, leur transmettre ce qui est important pour moi, jouer avec eux, et ne pas les décevoir (par exemple ne pas promettre quelque chose que je ne suis pas certaine de pouvoir faire).

  • Je m’occupe plus de mes parents

On habite loin, c’est compliqué, on est tous bien occupés,… J’ai plusieurs personnes de mon entourage qui ont perdu leur parent cette année, et rien que d’imaginer que ça pourrait m’arriver je suis triste. Alors oui, nos parents sont toujours trop ceci, pas assez cela, un peu comme ci, parfois comme ça aussi ! Mais profitons des gens qu’on aime pendant qu’ils sont là, non ? Parce que je ne suis pas aussi jeune que j’en ai l’air, et eux non plus du coup… (S’ils me lisent ils vont commencer 2017 avec une dépression – et une crise de la soixantaine). Pareil pour les frères et soeurs : le temps passe, on s’éloigne, chacun construit sa vie et sa propre famille… J’aimerais pour 2017 prendre le temps de voir mes soeurs, partager avec elles ce que seules les soeurs peuvent comprendre, et refaire notre petite virée annuelle –  » Es usted muy amable  » !

  • Je prends soin de mon corps

Allez, une petite résolution nombriliste : je m’occupe de moi ! Je vous épargne le « j’arrête de me ronger les ongles  » sur ma liste de résolutions depuis mes 4 ans et demi. Les américaines disent que les françaises s’occupent beaucoup de leurs visages et pas assez de leur corps, et elles ont raison. Prendre soin de son corps, ce n’est pas forcément aller à la gym 3 fois par semaine : se démaquiller chaque soir (et parfois ne pas se maquiller du tout!), se reposer quand on en a besoin, fumer moins (ou pas du tout!), marcher,… S’il y a bien une chose qu’on ne peut pas remplacer en magasin, c’est notre corps.

  • Je donne le meilleur au travail

J’ai un boulot que j’adore, des collègues supers, à deux minutes de chez moi (quand il fait pas beau). Alors c’est sur, on peut toujours espérer finir une heure plus tôt ou une augmentation, mais ce ne sont pas des choses sur lesquelles j’ai prise. Par contre, aller au travail avec le sourire, parler gentiment aux gens qui nous entourent, peaufiner ses projets sont des objectifs atteignables et qui dépendent de chacun d’entre nous ! Alors pour 2017, je donne le meilleur de moi-même dans mon travail.

  • Je cultive mon jardin

Comme Candide (à qui vous me comparer peut-être à la lecture de ce billet), je voudrais cultiver mon jardin. Littéralement, nous avions un magnifique potager que j’aimerais réactiver et un poulailler décimé par la maladie. Pour consommer moins et mieux (il suffit de voir les élevages industrielles de poules ou les légumes bourrés de pesticides). Et quel plaisir pour les enfants (et nous) de manger ce que nous avons semé et arrosé. Dès que le soleil sera revenue, adieu veau vache cochon couvé, nous planterons tomates et courgettes et adopterons quelques poules.

Et puis si je ne tiens pas toutes mes résolutions, comme on dit c’est l’attention qui compte, non ?

Bonne année à tous et toutes :)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *