Noël : le casse tête des familles recomposées

 » T’as de la chance, tu auras deux Noël et deux anniversaires ! ». La réplique culte du film  » Génial, mes parents divorcent  » est on ne peut plus d’actualité : Les enfants du film,  sorti en 1991, sont devenus parents et ont divorcé à leur tour… Et on arrive à devoir fêter Noël à rallonge…

Si la solution pour éviter de manger 4 ou 5 fois de la dinde, de la bûche et de transformer votre propre foie en foie gras était d’organiser un seul et unique repas ? Bon, cela implique de passer Noël avec le 3 ème mari de votre mère, le petit ami de votre père, les deux ex-femmes de votre mari et la nouvelle copine de votre oncle (vous étiez sa baby-sitter)… Il n’est pas certain que la magie de Noël prenne pour tout le monde !

Plus sérieusement, passer Noël avec son ex-belle-famille, pourquoi pas. Certaines personnes ont tissés des liens et apprécient de se retrouver pendant les grandes occasions. Mais quid de la  » nouvelle  » ? Passeriez-vous Noël avec votre ancienne belle-mère et votre nouveau petit ami ? Laisseriez-vous vos parents fêtez Noël avec votre ex mari ? Avant d’organiser quelque chose, assurez-vous que chacun y trouve son compte et que personne ne se sente mis sur le côté. Trumuche, elle est peut-être très sympathique, mais si votre fils a choisi de divorcer, ce n’est pas pour la retrouver chez ses parents autour du sapin…

Le père Noël ne connait pas le divorce (il ne connait pas la crise non plus). Si vous passez les fêtes dans la famille de votre nouveau chéri, prévoyez un petit paquet pour chaque enfant, et une attention pour les personnes qui vous reçoivent. Un livre, un cahier de coloriage, des accessoires pour les cheveux, un CD, des produits de bain, … Vous trouverez plusieurs idées sympas pour quelques euros. S’il y a beaucoup d’enfants, pensez au cadeau collectif.

Pour éviter de fêter Noël du 15 décembre au 5 janvier, essayez de prioriser : les années où vous avez vos enfants,  privilégiez les Noël « élargis » avec la famille. On évite également de modifier les plannings à la dernière minute, pour ne pas froisser les personnes qui ont prévu notre venue. Enfin, on ne se met pas un planning de dingue en tête : C’est pas le marathon de New-York, si on ne voit pas Tata Suzette avant février, c’est pas dramatique ! Les années où vous êtes sans enfants, profitez-en, partez au soleil ! Noël à deux sous les tropiques, c’est sympa aussi 😉

S’il y a bien une période où il faut se mettre raccord avec  » l’autre parent « , c’est celle de Noël : d’abord, pour les dates. Certes, les jugements de divorce prévoient  une année sur deux, mais il faut caler les allers et venues pour éviter de faire trois fois le tour de la France, savoir si on les récupère le 26 ou le 29. Si votre ex emmène les enfants au ski, ce n’est peut-être pas la peine de prévoir un séjour au ski également…

Si votre enfant commence à être sceptique sur l’existence du Père Noël, ou même que vous lui avez dévoilé le pot aux roses, votre ex appréciera d’être mis au courant. De même pour le jour J, le parent qui ne fête pas Noël avec son enfant sera content d’avoir une petite photo au pied du sapin ou un coup de fil le jour J. C’est ça aussi, la magie de Noël…

De même pour les cadeaux : communiquez la liste du Père Noël pour éviter les doublons. Vous pouvez aussi mettre en place une liste de Noël connectée (sur mes envies par exemple) pour simplifier les « commandes » de tout le monde et éviter les 15 coups de fils. Chacun pioche une idée sur le site et valide. Souvent les  » gardes alternées  » demandent pour chez papa un jeu qu’ils ont déjà chez maman. Bonne idée si c’est un jeu de société ou de construction. Pour les gros cadeaux style console, téléphone, montre,… c’est mieux pour l’enfant s’il peut aller et venir avec d’une maison à l’autre à sa guise. Et pourquoi pas se mettre ensemble pour un gros cadeau commun ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *