Première rentrée : quelques infos sur la petite section

 » Mon enfant va découvrir l’école, et moi aussi « . Si vous avez eu un petit bébé en 2013, plus de doute possible : la petite section, c’est pour vous ! Enfin, pour lui, mais pour l’instant le plus stressé de vous deux, c’est vous… Alors voici quelques petites infos sur l’année scolaire, les attentes, les apprentissages, la vie de votre enfant dans se classe de petite section !

  • Demandez le programme !

Depuis 2015, l’école maternelle a de nouveaux programmes, consultables ici. Ce n’est pas une énième mouture avec quelques tournures de phrase modifiées  mais bien une nouvelle vision de l’école qui y est prônée. L’introduction donne le ton :  » La mission principale de l’école maternelle est de donner envie aux enfants d’aller à l’école pour apprendre, affirmer et épanouir leur personnalité « . Donner envie ! Le mot est lâché ! L’école c’est d’abord (et surtout) le plaisir, l’envie, l’épanouissement, la découverte…

Les enseignements sont répartis en cinq domaines (Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions, Agir, s’exprimer, comprendre à travers l’activité physique, Agir, s’exprimer, comprendre à travers les activités artistiques, construire les premiers outils pour structurer sa pensée, Explorer le monde) qui s’imbriquent les uns dans les autres : on ne travaille pas un domaine séparément puis un autre, mais souvent plusieurs en même temps. Par exemple, l’acquisition du schéma corporel peut relever des 5 domaines : on décrit les différentes parties de son corps et on découvre des albums qui parle du corps en langage, on fait des jeux en salle de motricité en activités physiques, on apprend des comptines et on reproduit des oeuvres en activités artistiques, on reconstitue le corps humain en structuration de la pensée, on observe quelques animaux et leurs schémas corporels en exploration du monde.

Le programme fixe des objectifs pour la fin de la grande section. Imaginez tous les progrès qu’a fait votre enfant de sa naissance à ses 3 ans, il en fera autant de ses 3 à 6 ans. Un exemple concret avec la compétence  » Utiliser des marqueurs spatiaux adaptés (devant, derrière, droite, gauche, dessus, dessous…) dans des récits, descriptions ou explications ». D’abord, on travaillera cette compétence par le biais des comptines, puis avec des cachettes ou des structures dans la salle de motricité. Plus tard, on pourra utiliser des petits jeux type playmobil pour positionner le personnage selon la consigne. Enfin, on passera au support visuel, par exemple fabriquer un imagier de la classe et légender les photos des enfants de la classe.

  • La mascotte, kézako ? 

Pas de panique, votre enfant ne passera pas la journée déguisé en Footix à distribuer des prospectus sur le bord de la route… La mascotte de la classe, c’est une petite peluche ou marionnette personnifiée (elle a un petit nom) qui facilite la transition entre la famille et l’école. D’ailleurs la mascotte viendra surement passer un week-end chez vous ! Elle accompagne les enfants dans les différents lieux de l’école, elle sert de prétexte à une situation d’apprentissage (la mascotte peut rapporter des objets, faire découvrir quelque chose,…). Certains enfants timides éprouvent plus de faciliter à s’adresser au groupe par l’intermédiaire de la mascotte. Petit Ours, Crapou, TipTop, Loulou ou PimPam… vous le découvrirez à la rentrée !

  • Petit enfant deviendra élève

C’est l’apprentissage principal de l’école maternelle : devenir élève. Etre élève, c’est faire partie d’un groupe et en accepter les contraintes : entrer dans l’activité au moment opportun, prendre la parole devant d’autres personnes, aller au bout de son propos,… Etre élève, c’est utiliser du matériel de classe : tenir un crayon, mettre de la colle, tourner les pages d’un livre,… Etre élève, c’est respecter les règles de vie : dire bonjour, ranger sa chaise, prêter le matériel,… Etre élève, c’est apprendre la propreté : se laver les mains, faire ses besoins aux toilettes, garder sa table propre,… Etre élève, c’est faire partie d’un groupe et apprendre avec le groupe. Or l’enfant qui arrive en petite section, et c’est tout à fait normal, est complètement égocentrique. Il va donc apprendre, durant 3 années de classe, à se décentrer, différer ses besoins propres pour faire partie d’un groupe, le groupe-classe.

  • Il joue toute la journée

En arrivant dans la classe de petite section, peu de choses qui changent par rapport à la crèche : des petites chaises, des bacs avec des jeux de construction, un tapis de voiture, et le fameux coin cuisine…  » Le jeu est la forme la plus élevée de la recherche  » disait Albert Einstein. Pour l’enfant, jouer découvrir apprendre sont des synonymes. En jouant, il fait ses propres expériences, il rejoue des situations vécues, il affine son geste, il verbalise sa pensée, il développe ses émotions, il interagit avec ses pairs… il vit ! Platon a dit  » On peut en savoir plus sur quelqu’un en une heure de jeu qu’en une année de conversation », et tous les enseignants de maternelle seront d’accord avec lui : rien de plus instructif pour connaitre ses élèves que de les observer au coin jeu.

  • Ils n’ont même pas de cahier ! 

La culture scolaire française demande des beaux cahiers, des dictées soulignés, des leçons avec règles et exceptions… Bien que les « nouvelles » méthodes pédagogiques type Montessori commence à se développer, la culture de l’écrit a encore de beaux jours devant elle. On veut (souvent pour faire plaisir aux parents et leur montrer comme on fait bien travailler leurs enfants) faire des brevets, des bulletins, des cahiers du jour, des classeurs avec fiche quotidienne… L’école maternelle, et surtout la petite section, ce n’est pas mettre un enfant (un élève?) face à une fiche : c’est jouer, expérimenter, défaire, refaire, tester différents outils, matériaux,.. et tant pis s’il n’y a pas de trace à la fin de la journée !

Votre enfant aura peut-être un cahier de vie avec quelques fiches de comptines, temps forts du mois, photos… Certaines écoles mettent en place des blogs ou des comptes sur réseaux sociaux, une bonne alternative pour diffuser des informations et photos aux parents, mais n’est-ce pas encore un moyen de se faire plaisir entre adultes ? Quel est la part de participation et d’interaction de l’enfant ? Les petits aiment ramener leurs cahiers de vie à la maison le week-end, ils aiment le feuilleter en classe pour retrouver des moment vécus… Longue vie au cahier de vie ! Vous aurez peut-être à la fin de la période (=avant chaque vacance) un petit paquet de fiches de travail, n’hésitez pas à les regarder avec votre enfant : demandez-lui de vous expliquer ce qu’il devait faire, comment il a fait, félicitez-le.

J’espère que vous y voyez un peu plus clair sur l’année scolaire de votre enfant à venir ! Bientôt je vous écrirai un petit billet sur la journée de classe vue de l’intérieur !

 

 

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Merci pour ces précisions pour une maman de bébé 2013 !
    Belle rentrée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *