Vacances des enfants, vacances des parents ?

le

Arrivé dans la deuxième moitié des vacances scolaires, un petit bilan de mi-parcours s’impose…

En tant qu’enseignante, il n’y a pas de suspens : si je suis en vacances, mes enfants le sont aussi. Pas de problème de mode de garde, mais pas de petite escapade hors temps scolaire non plus… Je ne m’attarderai pas ici sur les « heures invisibles » des enseignants (j’ai du passer une petite dizaine d’après-midis à l’école depuis le 5 juillet, date officielle de mes vacances, et je passe au moins une heure par jour depuis chez moi). Petite, je m’agaçais quand j’entendais ma mère, enseignante elle-même, dire  » Vivement qu’on retourne à l’école, que je me repose un peu ! »… Je me surprends maintenant à le penser, et je demande même à voix haute  » c’est quand, mes vacances à moi ? « .

Alors les vacances des enfants, est-ce aussi celle des parents ? Comment faire avec 3 enfants au taquet de 7h à 21h pour avoir quand même l’impression d’être un peu en vacances ?

Est-ce qu’il y a des choses que vous repoussez, ou que vous gardez de côté pour quand serez en vacances ? Moi, c’est la lecture : Quand je travaille, j’ai beaucoup de mal à lire autre chose que de la presse ou des livres de pédagogie. A l’approche des vacances, je vois avec gourmandise la pile de romans qui s’accumule sur ma table de chevet et dans lequel je pourrai me plonger… Certaines recettes à tester, à améliorer ou à renouveler m’attendent aussi pour les congés. Des idées de choses à mettre en place dans ma classe, et aussi quelques petits articles pour mon blog… Bref, des petites choses du quotidien que je vais picorer chaque jour.

En vacances avec des enfants, et d’autant plus quand on est à la maison, j’essaie de cloisonner les moments. Mes enfants sont hyper demandeurs, et malgré les 160m2 de maison et l’immense jardin, si je suis dans une pièce ils viennent forcément se coller juste à coté de moi… Au bout de quelques jours à ce rythme-là, on n’en peut plus (enfin, surtout moi…). Dans une journée, on ne peut pas être au taquet à 100%, et contrairement aux apparences la maman n’est pas un moniteur de Colo prêt à dégainer un nouveau jeu chaque quart d’heure…

J’essaie d’alterner les moments tous ensemble (sorties, visites, piscine, jeux,…) et les moments où ils jouent entre eux, qui me permettent un petit « sas de décompression pour ne pas les scotcher au plafond ». Ils ne sont plus en âge de faire la sieste, mais je leur demande un petit « moment calme » après le repas : ils sont dans les chambres avec coloriage, puzzle, perles,… Un petit moment qui me permettra de vaquer à mes propres occupations, m’occuper de ma petite bébé, faire des tâches ménagères, ou – folie- une sieste !

Bien sur, durant les vacances, les règles de la maison s’assouplissent : on mange sur la table basse, on se couche plus tard, … Mais on garde quand même toujours un oeil sur la montre. On profite d’avoir du temps pour sortir la peinture,  apprendre un nouveau jeu, faire des parties de badminton, faire les fous dans la piscine. On en profite aussi pour faire un grand tri dans les chambres (jeux cassés, habits trop petits,…) et apprendre aux grands à faire leur petit ménage tout seul (je perds pas le nord).

Je me rends compte que c’est un vrai luxe de pouvoir passer du temps avec ses enfants en vacances, mais pour autant je refuse d’être le bouffon du roi et des reines. Si j’entraperçois une petite fenêtre où ma bébé n’a pas besoin de moi, je file sur le transat avec un bouquin, et gare à celui qui se met entre le soleil et moi !

Temps scolaire ou pas, les vraies vacances des parents elles commencent à 21h (22?), quand les enfants sont couchés !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *