Quel faire-part de naissance pour mon bébé prématuré ?

Le faire-part de naissance est un exercice traditionnel auquel se plie la majorité des familles accueillant un nouvel enfant. La couleur, le texte, le thème sont autant d’éléments qui donnent le ton de votre famille. Pour autant, lors d’une naissance prématurée, cet exercice peut s’avérer périlleux, à tel point que certaines familles renoncent à en faire.

Vous n’aurez surement pas la tête à préparer vos faire-parts les premières semaines suivants l’accouchement, la plupart des parents attendent le retour à la maison. Chez nous, nous avions déjà choisi le modèle sur internet et préparé le listing d’envoi, nous l’avons donc envoyé rapidement, mais cela est propre à chacun. Pour autant, que ce soit dans le premier mois ou plusieurs semaines après, il est pour moi primordial de « faire part » de la naissance de votre enfant à vos proches. C’est cela aussi qui participe à son entrée dans le monde réel.

Beaucoup de parents considèrent l’arrivée à la maison comme une deuxième naissance : l’ordre est rétabli, papa, maman et bébé sont réunis, avec les frères et soeurs le cas échéant. On peut alors mentionner les deux dates sur le faire-part : non seulement ce sont deux dates importantes pour le petit bout de vie de votre bébé, mais cela peut aider les gens à prendre conscience de la durée du séjour à l’hôpital et de tout ce qui va avec.

Traditionnellement, le faire part contient au minimum le prénom, la date et les mensurations de naissance. Si vous n’êtes pas à l’aise avec l’idée de mentionner son petit poids de naissance, vous pouvez utiliser une comparaison (« léger comme une plume », « petit oisillon ») qui pourrait même être le fil conducteur du faire-part (« petite fleur arrivée avant le printemps » avec une illustration de fleurs dans un champ par exemple), ou donner simplement le poids et la taille lors du retour à la maison.

Un petit texte peut accompagner les informations principales, en faisant écho au parcours de bébé (un combat, un guerrier, une bataille, …), sa date d’arrivée (« bébé pressé », « arrivée avant le printemps », « voulait nous rejoindre pour Noël »), son histoire (le surnom que vous lui donniez pendant la grossesse, la rencontre des parents, les frères et soeurs, …).

Le choix de la photo peut s’avérer délicat. En effet, les bébés prématurés sont la plupart du temps dans des incubateurs et équipés de très nombreux fils ou sondes qui peuvent choquer. Nous avions pour notre part choisi des photos de détails d’un pied, d’une oreille, d’une main. Vous pouvez également profiter d’un moment de peau à peau pour faire une photo de bébé entouré de ses parents.

Si vous ne souhaitez pas faire figurer de photos de bébé sur le faire-part, pourquoi pas se lancer dans le dessin ? J’ai vu plusieurs modèles de faire-parts avec de jolis illustrations comme des petits habits sur une corde à linge ou un petit oiseau dans un nid, ou la famille réunie autour de la couveuse.

Lors des grossesses multiples, il arrive malheureusement qu’un enfant décède. Il devient alors très difficile pour les parents, tiraillés entre des sentiments contradictoires, de trouver les mots adéquats. Certains parents choisissent de faire un faire-part commun (ce qui serait plutôt mon choix), d’autres un faire-part séparé. Dans tous les cas, ils ressentent le besoin de mentionner cet enfant disparu, que ce soit dans le texte ou simplement par une iconographie. On peut par exemple parler d’un bébé accompagné par son jumeau une partie de son chemin, un petit tour sur terre, une étoile qui veille sur son frère… Si c’est votre cas, n’hésitez pas à contacter un professionnel qui vous aidera à trouver les mots selon votre sensibilité. Cela peut être l’occasion de demander conseil à la psychologue de la maternité qui saura vous guider et trouver les mots.
Une naissance, quelqu’elle soit, est un événement à annoncer et à célébrer. C’est le triomphe de l’amour et de la vie !

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Émilie dit :

    Je suis d’accord, le faire-part « materialise » le venue au monde de l’enfant et je t’avoue avoir été choquée que mon frère refuse catégoriquement d’en faire un pour la naissance de sa fille. Je conserve précieusement tous les faire-part que j’ai reçus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *