Mon poulet à l’indienne

le

Je ne suis pas une pro de la cuisine indienne, mais après écumé de nombreux restos indiens (le Taj Mahal, le Bengale et le Rajasthan, entre autres 😉 ) j’ai décidé de me lancer dans des recettes indiennes.

En Inde, on mange peu de viande en raison des interdits alimentaires et du coût. Ils ne mangent en tout cas pas la viande  » à notre façon  » mais plutôt des petites quantités coupés en petits morceaux, avec beaucoup de légumes en accompagnement. Les viandes les plus répandues sont le poulet et l’agneau.

Je vous avais déjà présenté les  » apéros Bollywood  » ici, voici maintenant ma recette de plat : le poulet à l’indienne. Ce n’est pas un  » Tandoori  » ou  » Tikka Masala « , entendez par là que ce n’est pas une recette indienne typique mais plutôt un mélange de mon cru adapté à mes gouts selon les recettes que j’ai déjà testé.

Je commence par faire mariner le poulet : je le découpe en petits morceaux, je rajoute du curry et un mélange  » purée de piments  » (acheté dans le commerce) avec une cuillère ou deux de fromage blanc. Je laisse une bonne demie-heure pour que les saveurs imbibent la viande.

Dans une poêle, je fais griller à sec des amandes que je réserve pour mettre dans le plat au dernier moment.

Dans un autre poêle, je fais revenir des oignons et des poivrons (un rouge et un vert) avec de l’huile d’olive. Je préfère les poivrons pelés mais j’avoue que des fois je la flemme alors je les coupes simplement en lamelles fines.

Je rajoute la viande marinée et je laisse cuire environ 10 minutes à feux moyen. Pour allonger un peu la sauce, je rajoute deux cuillères de fromage blanc, du curry et une cuillère de purée de piment.

N’oubliez pas de rajouter les amandes au dernier moment et servez avec un petit bol de riz. Je prends du riz basmati que je fais cuire avec un peu de curry (ça colore le riz et donne un léger gout) ainsi que des raisins secs.

L’astuce pour la sauce : on peut facilement ajuster la texture en rajoutant un petit peu d’eau ou un peu de maïzena. Mais attention cet exercice peut s’avérer périlleux avec la viande et les accompagnements autour, c’est pourquoi je préfère parfois faire dans des poêles séparées.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *