Mon cartable de maitresse remplaçante …

J’ai l’impression que le métier d’instit est auréolé d’un certain mystère, et encore plus celui d’instit remplaçant. On me demande souvent comment ça fonctionne, si c’est un choix, voire on me souhaite d’avoir un jour un vrai travail …

Les enseignants remplaçants, appelés aussi brigades (mais pas du Tigre – oui je sais, je la fais à chaque fois mais j’aime bien !), sont emmenés à remplacer dans tout type de classe de la petite section au CM2, en passant par l’enseignement spécialisé. Parfois, les absences sont prévues et l’instit a laissé des infos dans sa classe. Parfois, il n’y a rien de prévu et c’est l’impro’ total.

Reprenant le chemin de l’école (tout autour de la Terre dans un wagon doré…) après plusieurs mois de congé maternité, j’ai préparé mon cartable de maitresse remplaçante. En exclusivité inter-académique, je vous propose une petite visite :

FullSizeRender-67

Cartable ou coffre ? 

Beaucoup de remplaçants ont leur matos dans leur coffre de voiture. Fût un temps, je l’ai fait aussi : 3 bacs pour les trois cycles avec de gros classeurs et fichiers. Ce système n’est pas efficace pour moi : déjà, je n’ai pas envie de bloquer mon coffre de voiture. Puis, quand on est affecté le matin même sur un remplacement, on n’a pas le temps de farfouiller la page du classeur d’histoire qui nous intéresse, et si c’est pour le lendemain, on peut le préparer de chez nous. Bref, j’ai vidé mon coffre et mis le strict nécessaire dans un cartable… 

Le cartable en lui-même

Depuis que je suis maitresse, j’ai dû tester toutes les sortes de sacs : le sac en bandoulière, le sac à main profond, le bon vieux cartable, et même le cabas en plastique… Le constat est le même que pour les sacs à main : plus on a de place, plus on en met. Puis je suis tombée amoureuse de mon cartable actuel,  un Swankyswans acheté ici. Niveau esthétique, j’adore le design un peu rétro et les motifs enfantins (il en existe une dizaine). La capacité est idéale pour moi : bien que je n’ai pas une classe fixe, je n’aime pas trimballer trop de choses avec moi et je me refuse d’emmener des cahiers d’élèves à corriger à la maison (transporter 28 cahiers de 96 pages pour corriger une seule page, non merci, je préfère rester sur place). Il peut contenir des grands cahiers, un ordinateur portable, quelques documents. Il est très léger et se porte à la main ou sur l’épaule.

Mes fiches par cycle 

Il m’est déjà arrivé d’être dans une classe avec aucun manuel (ou dans un armoire fermée à clé…), aucun emploi du temps, aucun cahier (la maitresse les avait emmené pour les corriger)… Je n’aime pas l’idée qu’une journée avec un remplaçant est une journée « perdue » ou que les élèves ne feront que des coloriages magiques et de la balle aux prisonniers.  Et comme je n’aime pas improviser et que certaines classes ont besoin d’être mise au boulot de suite, j’ai élaboré deux fiches de travail, une pour le cycle 2 une pour le cycle 3 (Je vous en parle plus longuement ici ). J’en ai toujours 30 de chaque sur moi, au cas où.

Mon cahier-journal vierge

Tout simplement quelques feuilles avec une trame de la journée à compléter au fur et à mesure et à laisser au titulaire. Quand j’arrive à avoir ses coordonnées, je lui envoie par mail (merci mon iPhone), sinon je laisse sur le bureau en partant.

Mes livres

Plutôt à destination des maternelles : j’ai toujours 2 ou 3 livres de saison dans le cartable. Il y a tellement d’activités possibles à partir d’un livre : lire l’histoire, faire des hypothèses, montrer les images et les élèves racontent ce qu’il se passe, remettre les images dans l’ordre, inventer la suite, inventer une autre fin, dessiner les personnages, dessiner son passage préféré, reconstituer la couverture en puzzle, écrire le titre du livre, … Avec les PS, les Tchoupi fonctionne très bien : ils adorent et il en existe sur tous les thèmes (En ce moment, j’ai Tchoupi Jardine et Une si petite fleur).

Ma pochette Arts Visuels

J’adore les arts visuels et dès que j’ai l’occasion j’en fais. Mon activité préférée :  proposer des photos ou dessins (découpés dans des magazines à des endroits stratégiques) que les élèves poursuivent. Ils apprécient aussi cette activité parce que malgré le cadre, elle leur donne beaucoup de liberté. Ils choisissent l’image qu’ils veulent, doivent respecter le début de l’image, le décor et sont libres de la coller où ils veulent dans la feuille et de dessiner ce qu’ils veulent ensuite. J’ai donc une pochette remplie d’images que je découpe parfois (Psychologies Magazine ont de très belles images !) ainsi que quelques idées avec crayons de couleurs, feutres et feuilles blanches (en tant que remplaçant, on ne sait jamais quel matériel il y a).

Mon agenda et ma trousse 

Rien de bien original : un petit agenda (offert par la commune, j’avoue) pour noter mes remplacements (quand on change tous les jours, on oublie dans quelle école ou dans quelle classe on était 15 jours avant). Un trousse assez petite avec le strict nécessaire : crayons, stylos, blanc, colle.

J’ai quelques autres petites affaires dans mon sac à main, mais ça c’est une autre histoire…

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Géraldine dit :

    Vraiment très intéressant vivement l’article sur les fiches…ce sera pas pour l’année pro (inspection) mais si rien au mouvement dans 2ans je fais ca alors ca m’intéresse beaucoup…
    Merci maicresse

  2. ToshiroHiraga dit :

    Article très intéressant ! Etant PES cette année, je me doute bien que l’année prochaine, je n’aurai pas de poste fixe… Du coup, je cherche déjà 2/3 idées au cas où. Je suis impatiente que tu nous parles aussi des fiches que tu as faites pour les 2 cycles ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *