Les « idées astucieuses » de Pampers pour « tisser des liens avec le papa »

992887_453608644735814_1418047417_n

J’ai reçu hier un petit courrier de Pampers. J’avais du rentrer mes coordonnées dans une « newsletters » ou quelque chose ce genre. Une enveloppe contenant une couche à tester (c’est la bonne taille et elle est emballé sous film plastique, parfait, hop, dans le sac à langer!), des bons de réductions (je garde, on sait jamais) et un petit magazine « Le magazine des 4-6 mois ». Ca tombe bien, c’est pile l’âge de ma fille, 4-6 mois (6 mois d’âge réel et 4 mois d’âge corrigée).

Le magazine est plutôt bien, la lecture est fluide, il donne de bons conseils sur la position, les jeux. Le sujet sur l’alimentation est à la pointe car il explique la diversification choisie par bébé. Le titre de la page d’après « Des idées astucieuses pour tisser des liens avec papa ». Hum, un sujet couple, pourquoi pas. Remarque, on a bien réussi à tisser des liens avec le papa, pour preuve le petit paquet de 6 kilos qui gazouille dans son parc. Ah non, je suis bête, c’est comment le papa va tisser des liens avec SON BEBE. Autant pour moi. 

L’intro est plutôt classique, je vous copie-colle « Un jeune père essaie encore de définir son rôle et peut ne pas trop savoir quelle est sa place ni comment former ses propres liens avec bébé. Il est un peu plus compliqué pour les papas de nouer des liens avec leur bébé car ils ont parfois du mal à trouver le moment pour rester en tête à tête avec lui. » Mouais, une question de temps, donc.

conseil n°1 : « Allez calmer bébé à tour de rôle quand il pleure, cela permet à papa de savoir comment apaiser bébé ». Oui, enfin, ça parait plutôt évident que si papa veut tisser du lien avec son bébé, répondre à ses pleurs est déjà un bon début...

conseil n°2 : « Laissez papa lui lire des histoires à sa façon, même s’il ne lui lit que le journal, cela permet à bébé de reconnaitre sa voix ». Je ne comprends pas pourquoi il s’agit de « laisser » le père lire une histoire, cela sous entend que la mère donne son autorisation express. S’il veut lui en lire une, qu’il le fasse, pas besoin de la validation suprême de la mère. Quand au « journal », on se croirait dans une nouvelle du Petit Nicolas, papa lit le journal pendant que maman prépare la tambouille.

conseil n°3 : « Suggérez au papa de votre bout de chou de l’emmener chez le pédiatre pour quelques unes de ses visites ». J’imagine la maman, sur la pointe des pieds, oser « suggérer » au papa que euh, peut-être, il pourrait envisager la possibilité d’aller une fois à la visite médicale puisque maman y est allé les 12 premières fois ? Le papa n’a pas l’idée lui-même d’aller chez le docteur de temps en temps ? cela lui permettra d’avoir « une meilleure idée de l’évolution de bébé », dit Pampers, qui nous fournit même les arguments si le papa est récalcitrant à notre « suggestion ».

conseil n°4 : « Essayer de leur donner de l’espace quand ils sont ensemblE et laissez-les faire seul ». Ils sont prudents, ils disent « essayer ». Moi, pour le couple, j’irais même plus loin : Mamans, foutez la paix aux papas ! Laissez-les faire comme bon leur semble. Une maman n’est pas un papa, un papa n’est pas une maman, mais les deux sont parents, et si vous l’avez choisi c’est que vous pensez qu’il a un minimum de jugeote pour être un bon parent. Je vois trop de mères arracher littéralement les bébés des bras du papa au moindre pleur, critiquer leur façon de le porter, de le baigner, de l’habiller, de lui parler… Il ne fait pas comme vous ? Eh bah tant pis, il fait comme bon lui semble. Et Pampers vous précise que vous pouvez voir cela « comme une opportunité d’avoir du temps pour vous, ne serait ce que pour faire une sieste ».

Pour résumer, je crois que ce qui m’a gêné c’est la vision « vieillotte » de la paternité. Mon regard est peut-être tronqué à cause du papa de ma fille qui est objectivement merveilleux, très impliqué et très attentif à ses besoins, mais j’ai trouvé dommage que les conseils soient adressés à la mère, qui encore une fois passe pour la « surpuissante », la seule « responsable » de son bébé et qui daignera peut-être laisser le papa faire la lecture (du journal) ou jouer cinq minutes avec bébé sans intervenir…

Alors Pampers, pourquoi pas une page spécial papa ? Ou simplement parler aux parents et pas uniquement aux mamans ? 

lire aussi visite à la maternité : les DO et les DON’T et depuis qu’on a un bébé…

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Ces niaiseries sont d’autant plus étonnantes qu’elles viennent pourtant d’une marque qui cultivent sa relation avec des parents depuis des années. Le staff de Pampers doit cruellement manquer de papas pour relayer des représentations aussi éculées, avec une telle naïveté.

    1. Un père dit :

      C’est marrant je n’ai du tout ressenti l’article de la meme manière que vous ! Je pense que l’article est fait pour les mères dont le père n’est pas investi au contraire de vous. C’est se voiler la face que de penser que cela n’existe pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *