Ma lecture du week-end…  » L’amie prodigieuse » d’Elena Ferrante

Après Nadja d’André Breton et Les souvenirs de Foenkinos, je vous propose de découvrir l’amie prodigieuse d’Elena Ferrante …

 

Elena Ferrante et moi, nous nous sommes rencontrés (presque) sur un quai de gare. Enfin, j’ai rencontré un de ses livres dans une boutique Relay de la Gare de Lyon. J’ai été attiré par la consonance méditerranéenne de son nom, et le bandeau qui disait je crois « Le livre que Daniel Pennac offre à ses amis ». Pennac, père du fabuleux Kamo, livre qui m’a fait aimé les livres…

Je saisis alors le livre, et procède comme à chaque fois : un coup d’oeil au 4ème de couverture, les quelques premières lignes, les quelques dernières lignes. Cette rencontre inattendue m’a parue comme une évidence, et je me suis empressée de reposer le Biba que j’avais prévu pour accompagner mon voyage en train.

Et j’ai eu raison. Elena et moi, nous ne nous sommes pas quittées du voyage. Alors, il parle de quoi, ce livre ?

L’action se passe dans l’Italie des années 50, à Naples. Et qui est déjà allé à Naples sait que ce n’est pas tout à fait l’Italie, et pas que l’Italie en même temps. Ce livre nous offre une plongée dans l’Italie d’après guerre, l’Italie populaire, l’Italie du « Voleur de Bicyclette ».

C’est l’histoire de deux amies, Elena et Lila, qui débute lorsqu’elles sont élèves et se poursuivra sur plusieurs décennies. Leurs destins, au départ similaire, s’éloignent, s’entrechoquent, se rejoignent. Elles vont évoluer très différemment, au gré de leurs rencontres, leurs ambitions, leurs déconvenues. Les histoires d’amour et d’amitié y ont une belle part, mais la condition sociale est un thème prédominant.

Ce livre est presque un document témoignage de cette période, comme Zola l’a fait pour le siècle passé. Il dépeint le boom économique, la pauvreté aussi, les catégories sociales qui s’entrecroisent, le besoin (ou non) de grimper l’échelle sociale. Les différentes familles évoquées dans le livre sont présentées au début, comme une pièce de théâtre, pour situer les personnages d’une sorte de saga, les petits commerçants, les frères et soeurs, les époux, … Heureusement, car j’ai dû y recourir plusieurs fois.

Bref, si vous cherchez un livre qui vous fera voyager, qui parle d’amitié et de déterminisme social, vous avez votre pépite ! Mon seul regret, ne pas l’avoir lu en italien. Je m’y lancerai peut-être avant les vacances histoire de me remettre à niveau de façon agréable…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *