Réponse au droit de réponse du droit de réponse …

le

Mon précédent billet ici a fait beaucoup réagir…

Simplement un petit billet de blog écrit entre un biberon et un trajet à l’école pour dire que « Non, mère au foyer, ce n’est pas un métier »…

J’en ai marre de voir passer des « statistiques » sur ce que font les mères au foyer dans la journée si on devait rémunérer ses activités. La vie, ce n’est pas comme ça, sinon faisant pareil pour les conjoints « tondre la pelouse = 50 euros, un repas = 15euros, un trajet à la piscine = 20euros »…

Mère au foyer est un choix de vie, une activité prenante, un statut peu glorifié par la société, comme je l’ai écrit dans mon billet. Mais ce n’est pas un métier, c’est tout, il n’y a pas de formation, de diplôme de mère au foyer (et heureusement car si ça existait, on saurait ce que c’est avant d’avoir des enfants et le taux de natalité chuterait sensiblement).

C’était une réaction au fait de quantifier, classifier, les activités à la maison, les tâches invisibles que l’on fait (ou pas) quand on est à la maison (ou pas), les (dés)équilibres dans les couples que chacun/chacune essayant de combler en jonglant comme on peut.

En aucune façon je n’ai attaqué les mères au foyer !
Je suis au foyer depuis des mois par la force des choses.
Mon unique propos était de rire du Concept de « métier » appliqué à tout , des tâches invisibles dans la journée, comme j’aurais  pu écrire un texte pour les mères qui travaillent ou les mompreneurs ou les pères au foyer ou je ne sais quoi d’autres…

Je n’y ai pas vu un clivage dans la mesure ou pour moi nous sommes toutes un peu les deux à différents moments de notre vie, c’est d’ailleurs ce que je dis à plusieurs reprises et c’est important pour moi de défendre des vies différentes selon les moments et les besoins.

C’est dommage que certaines y aient vu du mépris, de la condescendance car ce n’était pas le cas… Il y a eu des réactions (très) positives et des réactions (très) négatives dont beaucoup d’attaques personnelles… Mais il parait que c’est normal, c’est la blogosphère (youpi!).

Je ne souhaitais pas blesser celles pour qui le sujet est sensible, j’ai eu également des échanges intéressants et des discussions sur des parcours de vie, que j’aimerais si l’occasion se présente mettre en lumière dans certains articles.

Je tiens à remercier sincèrement celles qui ont perçu l’humour dans cet article, un petit papier sur un blog, qui se veut un petit billet d’humeur comme un ketch sans prétention,  rien de plus rien de moins !

Paillettes et bisounours aux mères au foyer, aux mères qui travaillent, aux mères à mi-temps, aux autoentrepreneuses, aux mères en interim, aux mères solos, aux mères divorcées, aux mères remariées, aux mères de famille nombreuse, aux mères … aux mères tout court !

 

16 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Dany dit :

    Pour ma part j’ai vecu une periode mere au foyer imposé aujourd’hui s’est un choix mais je ne considère pas comme un métier car mon métier reste mon activité professionnelle (profession paramédical) être mère au foyer est pour l’instant mon activité personnelle.

    Personnellement je n’ai pas senti de jugement ou d’attaque de votre part.

    Je dirai qu’au lieu de s’emballer pour un article l’énergie mis à vous attaquer ou à défendre leur point de vue pour être utilisé pour autre chose ?

    Vous avez été honnête dans votre article les personnes négatives devraient se poser la question pour votre article les a autant touchés

    Bon courage

    Dany Maman de 4 enfants mais pas que 😉 lol

  2. Catwoman dit :

    C’est un sujet très délicat à aborder, les mères au foyer ! D’autant plus quand on aborde le sujet de l’indépendance financière … J’avais lu l’article hier soir et partagé. Je n’y ai personnellement vu aucune attaque, aucune tentative de clivage, juste une mise au point, une réalité.

  3. Johanne dit :

    Merci Carla de rappeler qu’il n’y a pas de diplôme de mère et que si on le savait avant, la natalité chuterait!!! J’ajouterais qu’effectivement heureusement son ne compte pas ce qu’on fait ni le temps passé… Les hommes, eux, ont tendance à tenir un compte de ce qu’ils font. « J’ai fait la vaisselle maintenant je mérite une bière dans le canapé. » heureusement que les femmes au foyer ne le font pas, sinon il leur faudrait des années de vacances à faire la sieste sur la plage pour rattraper tout ça!!! 😉

  4. je dirais surtout que la morale de l’histoire est que les « gens » ne sont pas prêts à entendre des choses qui ne vont pas dans leur sens et ne leur plaisent pas… paillettes et bisounours pour toutes alors :)

    1. Quand c’est dit sans mépris et sans condescendance, je pense que « les gens » sont tout à fait prêts à entendre des arguments, au contraire!
      J’en veux pour preuve ce deuxième billet, écrit sur un ton nettement plus respectueux!

      1. il n’y avait ni mépris ni condescendance dans mon premier billet non plus

  5. mamanathome dit :

    Je trouve cela tellement dommage de devoir se justifier, de devoir TE justifier. Encore une fois je n’ai rien vu d’insultant dans ton précédent article, il faut juste savoir lire sans interpréter. Je crois que ton article a pu blesser certaines femmes qui ne sont elles même pas très à l’aise avec leur statut, qui ont besoin de reconnaissance. Quand je subissais ma vie de maman@home (la première année de mon congé parental) j’étais assez agressive et étalais, listais mes activités de la journée comme pour prouver à mon conjoint que je n’avais pas glandé toute la journée, qu’il pouvait et devait m’estimer. Pourtant il n’avait pas besoin que je fasse tout ça pour le faire, le problème c’était moi, le regard que j’avais sur moi même. Une fois que je l’ai assumé, que j’y ai pris du plaisir je me moquais bien de ce qu’on pouvait pensé et dire. Menfin :-)

  6. Je ne comprends pas la polémique et je trouve dommage que tu aies à te justifier. Je n’y ai vu aucun jugement, ni agressivité, encore moins de la condescendance. Être mère pour moi n’est pas un métier, ça me semble évident.
    Le fond du problème n’est pas de se revendiquer comme une professionnelle de la maternité (ce que sous-entend le mot métier pour moi) mais plutôt de défendre le droit de toutes les femmes à choisir ce qu’elles veulent faire de leur vie sans que leurs parcours personnel et professionnel ne soient conditionnés par les inégalités homme/femme (différence de salaire, discrimination à l’embauche, répartition des tâches au sein du foyer etc…).
    Bon, je ne sais pas si je suis claire mais en tout cas ton propos l’était pour moi dès le départ 😉

  7. caroline dit :

    ben moi je suis à 3000% d’accord avec le premier billet que je découvre ce soir. ça ne fera pas avancer le truc, mais voilà, je suis d’accord et ça me gonfle que ça suscite la bronca directement que l’on écrive cette évidence, non être mère au foyer n’est pas un métier. On ne s’est pas battues pendant des années pour qu’on nous explique aujourd’hui qu’être mère au foyer est un métier comme un autre. Et en effet quand on travaille on reste mère à part entière. Et ceci étant dit je ne porte aucun jugement non plus sur les mères au foyer, c’est un choix tout à fait respectable. Mais ça n’est pas un métier.

  8. Je viens de lire votre premier billet et j’ai étonnée de voir que certains parlé d’irrespect et de condescendance. En tout cas je l’ai absolument pas perçu comme ça et rien ne m’a choqué. Je suis d’accord avec vous pour dire que ce n’est pas un métier ( et dire ça ne signifie pas dénigrer ce choix de vie juste c’est pas un métier ).

    Bref, tout ça pour dire de pas trop vous prendre la tête et que le ton que vous aviez donné est très bien ressorti de l’article. Parfois, notre degrés de sensibilité nous fait voir les choses autrement je pense.

  9. Mélaine dit :

    Je viens juste de prendre connaissance de votre premier article et de la polémique engendrée. Franchement, je n’y ai vu aucune condescendance et aucun jugement. Je vous rejoins totalement lorsque vous dite que MAF n’est pas un métier, c’est une activité très prenante qui demande beaucoup d’énergie mais ce n’est pas un métier. Je trouve ça dommage toutes ces réactions négatives alors que si on prend le temps de lire sans se braquer on se rend compte que certaines de ces mamans disent la même chose que vous. Moi j’étais cadre avec de gros horaires de travail avant et après l’arrivée de bébé (je faisais même du télétravail pendant mon congé mat). Puis les hasards de la vie nous ont conduit mon mari et moi à l’expatriation lorsque notre fille a eu 2 ans. Ca a été l’occasion pour moi de changer d’activité et de créer ma petite entreprise à l’étranger en travaillant à domicile, ce qui m’a permis d’avoir plus de temps avec ma fille car j’adaptais mes horaires sur les siens. Aujourd’hui de retour en France, j’ai créé mon autoentreprise et travaille depuis la maison. Je gagne moins bien ma vie mais je suis plus heureuse comme ça. Je me sens entre la MAF et la maman qui travaille à l’extérieur. Le problème c’est que les gens jugent tout le monde : chaque cas est particulier et peut évoluer dans le temps. Le principal c’est de l’assumer et de ne pas juger les autres mamans qui ne font pas le même choix. Mais depuis que je suis maman, j’ai l’impression d’être jugée tout le temps : elle travaille, elle travaille pas, elle allaite, elle allaite pas, elle lit une histoire tous les soirs, elle esquive l’histoire du soir… Bref on essaie toutes de faire de notre mieux tout en respectant ce que nous sommes au fond de nous. Et c’est dommage de se juger les unes les autres, surtout que votre article n’avait rien de clivant. Juste une constatation : MAF n’est pas un métier, pas plus que PAF (on les oublie!).

  10. LIZEA dit :

    Bonjour !
    Voilà bientôt un an que je suis mère au foyer.
    Arrivée de bébé N2, j avais fait le tour de mon poste (collaborateur mais diplômée pouvant s installer ou s associer en tant au officier ministériel)
    Mon homme s associait…La.nounou ne me prenait pas les filles…j ai décidé de me lancer..Tout arrêter!
    Bilan si on peut le faire financièrement ça ne doit pas durer.
    J ai adoré m’occuper des filles…moins du menage qu on fait et refait.. Car à la maison on a tendance à refaire..
    Néanmoins, mon indépendance me manque,le contact autre que les mamans à la sortie d ecole me manque,le fait d avoir.un objectif un but tous les jours au réveil me manquent…Ma carrière professionnelle me manque.
    Je n apprécié plus les vacances avec mes enfant et la distinction w.end semaine n existe quasiment plus.. Ma 1ère est allée 10h par jour à la creche la 2e 24/24h av moi.
    c est vrai que bébé c est difficile de les laisser si on peut profiter jusque 2 ans des enfants c est l’idéal mais renoncer à une vie professionnelle Non
    J ai fait des enfants mais j ai une vie c est ma vie quand dans 10 ans la 1ère en.aura 16 et me.dira maman.Je n ai pas besoin de toi là… Je ferai quoi de toute mes journées..
    Sport, assoc oui.et le reste du temps..j ai peur de ce décalage avec Mr qui travaille beaucoup…Et après ce sont mes enfants qui vont travailler et je l espère!nouveau décalage… J aurai du temps à ne pas savoir quoi en faire et mes proches seront au boulot !
    Et puis la réalité c est qu on ne sait pas de quoi demain est fait… Si décès ou séparation.. Reprendre après… De nombreuses années sans avoir mis un pied dans le monde du travail cela risque d être difficile.
    J ai fais une pause d’un anj ai apprecié ce luxe mais je ne peux pas ou plutot ne veut pasrester mère au foyer toute la vie
    Il faut n avoir jamais travaillé pour réussir à rester à la maison toute sa vie et je dis quel dommage !

  11. Sandrine dit :

    Merci merci merci!!!
    Cela devient difficile de garder son sang-froid face à ces desperate housewives qui se sentent obligées de justifier leur statut en méprisant le rôle démissionnaire des femmes actives. Marre de devoir expliquer qu’en plus de ma journée de boulot, je fais les aller-retours à l’école, chez l’orthodontiste, au tennis, chez le médecin, à la piscine, .., que je cuisine au moins 10 repas équilibrés par semaine, fais le ménage, les lessives, le jardin, les devoirs, les histoires du soir, les jeux, les activités manuelles, du vélo, de la couture, des bisous, des câlins. Bon ok, je suis en 3/4 temps, mais pinaise, je suis une wonderwoman!!!

    1. Carla dit :

      pour moi le temps partiel c’est THE solution à la course effrénée, ça permet de garder du temps pour ses enfants sa maison pour soi de la qualité de vie, du «  » » »temps libre » » » tout en conservant une vie pro et tout ce qui va avec (salaire, épanouissement, vie sociale, rôle dans la société etc etc)

  12. Bertrand dit :

    Bravo Carla,

    Vous faites résonnez en moi les souvenirs d’une enfance heureuse que ma célibataire/travailleuse de mère m’a offert….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *