Non, mère au foyer, ce n’est pas un métier.

le

03-desperate-housewives.w750.h560.2x

Une des questions que j’entends le plus en ce moment est « Tu reprends le travail? Ou tu vas rester à la maison « , « Ok, tu reprends à mi-temps alors « , »Non, je reprends à temps plein… ». S’ensuit en général un regard mi-pathétique-mi-admiratif-mi-effrayé ( Je sais, ça fait 3 moitié). Ayant entendu dire e nombreuses fois que mère au foyer était un métier, j’ai eu envie de réagir sur ce sujet et vous dire que non, mère au foyer ce n’est pas un métier.

Les femmes en couple ayant 3 enfants ou plus sont 55% à avoir un emploi, parmi elles presque la moitié travaille à temps partiel. Il est vrai que, lorsque l’on a un enfant de moins de 3 ans, la CAF propose un complément de revenu, et que si on déduit les jours non travaillés du mode de garde, de la cantine, des faux frais, on peut retomber plus ou moins sur ses pattes.

Il ne s’agit pas de savoir si la maman qui travaille est une moins bonne maman que celle qui est au foyer, de savoir si la maman qui travaille de chez elle est une meilleure maman que celle qui est employée, que celle qui est chef d’entreprise, que celle qui est rentière, que celle qui bosse en 3/8, que celle qui ….

Les mères qui travaillent ne sont pas érigées en star par la société, c’est plutôt l’inverse: mauvaises mères, culpabilisation, arrivistes, qui délèguent l’éducation, font des gamins mais ne s’en occupent pas. Dès que vous passez le 2ème enfant, on vous recommande fortement de rester à la maison quelques années (on le recommande beaucoup à la mère, d’ailleurs, le père doit partir au turbin pour nourrir sa famille). Et pourtant, quelle société voudrait écarter de la vie professionnelle, et donc de l’espace social, la quasi-moitié d’une classe d’âge?

Les mères au foyer ne sont, elles non plus, pas très valorisées: tâches invisibles, patience à toute épreuve, sacrifice professionnel…

Pour autant, ne pensez pas que le but de cet écrit est d’opposer les unes et les autres, ne nous mettons pas dans des cases, chacune (et chacun) fait comme elle peut et comme elle veut dans son foyer et dans sa vie. Mais on ne peut juste pas dire que mère au foyer est un travail, c’est un statut.

Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises situations, comme dirait Otis le scribe. Il existe autant de situations et d’idéal de vie que de couples, que de métiers, donc une infinité de possibilités. Cela dépend également des enfants, de leur âge, de leurs besoins physiologiques, de leur scolarité, … Une jeune maman de jumeaux, ou d’un enfant qui nécessite des soins, est souvent forcée malgré elle, pas manque de mode garde ou par manque de structures spécialisées, d’être maman au foyer pour prendre en charge ses enfants.

Le temps où les choix de vie (travail, mariage, etc) restaient figés à jamais est révolu. On peut très bien être salarié, puis mère au foyer, puis en reconversion pro, puis en congé parental , puis chef d’entreprise. La vie professionnelle n’est pas linéaire et on peut se retrouver au foyer sans l’avoir voulu.

Mère au foyer n’est pas forcément égale à néant intellectuel, on peut en profiter pour s’investir dans de l’associatif, préparer une reconversion pour son retour sur le marché de l’emploi, apprendre une langue étrangère, faire une formation informatique… Une bonne façon de garde la main sur sa vie « hors maison ».

Un parent au foyer et un parent très occupé professionnellement, cela peut créer des écarts quand le couple commence à tanguer. Un écart entres les occupations, les perspectives de vie, l’investissement auprès des enfants. Quand l’un raconte sa réunion, son nouveau projet ou quoi que ce soit d’un peu palpitant ayant trait à sa vie pro, l’autre enchaîne sur les poux des enfants et le jambon à moitié prix au supermarché (Je caricature, ne me jettez pas une couche (lavable?) tout de suite). Je sais bien que c’est un bonheur permanent de voir grandir ses enfants, de suivre leurs progrès, d’être là pour eux… Mais le fait que l’un soit toujours « dedans » et l’autre « dehors » qui peut créer des écarts, chacun imaginant que l’autre a une vie plus tranquille.

Je suis plutôt agacée quand je vois passer des billets « calculons le salaire que je devrais toucher si je facturais », quand j’entends « je suis maman à plein temps »,  » Je travaille 24H/24, 7 jours sur 7″, « pas de RTT ou de congés payés pour moi ». Oui, c’est normal, être maman au foyer, ce n’est pas un métier. Les parents qui travaillent, dès qu’ils rentrent à la maison, n’ont pas de RTT non plus, les enfants c’est du plein temps. Les mères qui travaillent aussi se lèvent la nuit si Bébé se réveille (et parfois même les pères qui travaillent!).

Le couplet qui revient aussi:  » Je suis femme de ménage, infirmière, cuisinière, … « . Etre mère au foyer, c’est du « care » au sens de « prendre soin », comme on peut le faire avec son conjoint, ses parents. Mais on ne peut pas passer son temps à quantifier ce que l’on fait. C’est comme si les MAF (mères au foyer) avaient besoin de prouver que non, elles n’ont pas trainé en pyjama sur le canapé tout la journée, elles ont fait telle ou telle chose…

Être parent au foyer (dans 98% des cas, la mère) est souvent un accord tacite dans le couple : au lieu de se partager les rentrées d’argent, les tâches ménagères, l’éducation des enfants, les rôles sont répartis explicitement. Comme dans un couple où l’un gagne beaucoup plus, on met « les oeufs dans le panier commun ».

Si on part comme ça, à quantifier ce qu’on fait et essayer de le proratiser en salaire, je suis la psy de ma copine qui s’est fait larguer, la prof de mes enfants quand on fait les devoirs, la conseillère look de ma soeur avec qui je fais les boutiques et la coach sportif de mon mec quand je lui dis « Il fait beau, tu devrais aller courir ». Heureusement que je ne demande pas de fiche de paye à tout le monde!

La fiche de paye, parlons-en. Je sais bien que vous avez un « compte joint » avec votre conjoint justement, mais soyons honnête: il est le seul à l’alimenter. C’est très bien, tant que Monsieur y trouve son compte et qu’il est là. Mais le jour, où, malheureusement, les couples se séparent, qui n’a pas cotisé pendant 5 ou 10 ans, n’a aucune expérience professionnelle, pas d’économies de coté? J’ai vu trop de connaissances, mère au foyer, séparées du père de leurs enfants après une dizaine d’années: on repart une main devant, une main derrière, un CV blanc comme neige, aucune expérience du monde de l’emploi, sans parler du risque de perde la garde de ses enfants car pas moyen d’assumer leurs besoins…

Je tiens à ma liberté, et la liberté passe malgré nous par l’argent. Je suis très heureuse d’être une mère qui travaille, je ne jalouse pas les mères au foyer. Je veux pouvoir m’acheter quelque chose sans avoir à taper dans les sous de mon chéri, pouvoir lui faire un cadeau, faire une dépense sans avoir à me justifier.

Nous aussi, mamans « actives » au sens de l’INSEE, on étend des machines, on mouche les nez, on prépare les repas, on passe l’aspirateur, on fait les devoirs, on emmène au parc. Sauf qu’au lieu de le faire toute la journée on le fait le soir et le week-end, après une journée de travail dans la tête et dans les pattes.

Comme Mme Lebranchu a dit qu’être ministre n’était pas un métier mais une fonction, « maman à plein temps » n’est pas un travail, ce n’est pas une catégorie socio-professionnelle. Les mères qui vont bosser, elles sont maman à tiers temps? Si vous ne voyez votre conjoint que le soir, vous êtes sa femme à mi-temps? Et sa maîtresse qu’il retrouve à l’hôtel le vendredi midi, c’est sa femme 1/10ème?

Être mère au foyer n’est pas un métier. Je ne dis pas que c’est mieux ou moins bien, chacun mène sa vie comme il l’entend, et souvent comme il peut. Si cette situation vous plaît, grand bien vous fasse. Mais votre conjoint ou vos enfants ne vous fournissent pas de salaires ou de pourboires (non, on ne paye pas en bisous, ça ne permet pas de payer les factures). Il n’existe pas (encore?) de formation pour devenir mère au foyer, ce n’est pas une activité diplomate, il n’y a pas d’offre d’emploi puisqu’on ne peut être mère au foyer que de ses propres enfants et/ou ceux de son conjoint. Je n’ai rien contre vous, être mère au foyer c’est une tâche très noble, épuisante, harassante, c’est une occupation honorable, mais être mère au foyer, ce n’est pas un métier.

Le « droit de réponse au droit de réponse » des réactions suscités par cet article ici

lire aussi du « clivage » des mères et 5 bonnes raisons de rester à la maison … et 5 raisons de retourner bosser !

85 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. lesideesdusamedi dit :

    Amusant… de penser que les mères au foyer seront forcément contre, aussi de penser qu’une mère au foyer ne gère que les poux et prix du jambon, et n’a aucun projet palpitant! Que la pauvre doive se contenter d’écouter les copines qui travaillent leur raconter leur vie (forcément plus enrichissante et tellement intéressante), pendant qu’elle se contente d’encaisser les chèques de leur mari.
    Une telle caricature, est-ce efficace? sûrement non, mais je comprends que ça puisse défouler!
    Signé: un mère au foyer qui n’a jamais considéré que c’était un métier mais un choix de vie

    1. bonjour ! vous avez lu entre les lignes ce que vous voulez bien lire ! pourquoi ne pas relever toutes les remarques positives ? je continue de penser que oui, une vie plurielle constitué d’une vie familiale et d’une vie professionnelle est plus enrichissante qu’une vie constitué d’une seule chose ! je ne suis pas défoulée, je suis atterrée par les réactions des MAF !

      1. Maryline dit :

        Si vous lisez bien, il n’y a pas du tout que les MAF qui sont choquées par votre article, mais bref…
        Vous dites « je continue de penser qu’une vie plurielle constitué d’une vie familiale et d’une vie professionnelle est plus enrichissante qu’une vie constitué d’une seule chose » ça au moins c’est clair et franc. Mais votre opinion n’est pas une vérité universelle, j’espere que vous comprenez que d’autres peuvent penser différemment et que personne n’a ni tort ni raison.

        1. bien entendu je comprends que d’autres peuvent penser différemment, je ne cherche à convaincre personne, juste faire admettre que mère au foyer n’est pas un métier ! c’est un sujet tellement crispant pour beaucoup j’ai l’impression !

  2. bycorte dit :

    je suis assez d’accord avec ce que vous écrivez.
    Pour avoir vécu un séparation alors que j’étais très dépendante financièrement du père de mes enfants, et ça a été un sacré bordel.
    J’ai refait ma vie depuis et pour moi il est impossible de redevenir dépendante financièrement d’un homme.
    Je sais que pour beaucoup une vie de couple c’est pour toujours mais il y a malheureusement des cas où ce n’est pas le cas et soyons honnête très souvent ça ne se passe pas bien et l’argent est le nerf de la guerre.
    Ma vision de la vie de couple et de vie de maman a été revu depuis cette histoire

  3. dany dit :

    Joli article

    Être mère au foyer n’est pas un vrai métier mais comme je me plaît à le dire je suis sans activité professionnelle mais pas sans activité !!

    Je ne me contente pas des tâches ménagères et de l’éducation de les enfants être à la maison me permet d’avoir une activité associative très riche je suis heureuse de contribuer à la société autrement.

    Mais soyons honnête cela n’est possible qu’avec le soutien de mon mari et une situation financière adéquat.

    Une maman qui a choisi d’être au foyer.

    1. merci de votre témoignage !

  4. Audrey dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec vous! Je n’ai que deux enfants mais pour avoir vu trop de femmes dépendantes financièrement je ne m’imaginerais même pas mère au foyer avec quatre ou cinq enfants!

  5. Rocher dit :

    J’ai adorée votre article je suis maman de 2 filles 10 ans et 9 ans et également chef d’entreprise mon conjoint et également chef d’entreprise être maman a plein temps Oùi c’est fatigant je l’es était pendant 5 ans mais je trouve que le plus fatigant c’est la maman qui travaille car comme vous le dite dans votre article après notre journée de travaille nous continuons sur notre rôle de maman nous sommes tout les 2 à travaille et je m’occupe seule des tâches menageres des devoirs des courses etc je travaille du lundi au samedi et le dimanche il faut faire les tâches qui on pas était faite la semaine donc personnellement une maman qui travaille c’est plus fatiguant qu’une maman qui ne travaille pas

  6. Je rappelle la définition officielle du travail : « Au sens économique usuel, le travail est l’activité rémunérée qui permet la production de biens et services ». Donc mère au foyer – mère tout court – n ‘est surement pas un travail (puisqu’il n’y a pas de rémunération). Par contre, un, voire plusieurs, métiers oui à n’en pas douter.

    Et on peut être mère au foyer ET prévoir une éventuelle séparation en organisant des dons entre époux, voire le versement d’une somme d’argent personnelle (et non versée sur un compte commun) quand tout va bien au cas où.

    Donc femme au foyer et indépendance financière ne sont pas opposables.

    Il y avait sans doute des façons moins clivantes d’aborder ce sujet plutôt que d’opposer les mères au foyer inconscientes et les mères actives qui seraient les celles à assurer leurs arrières.

    1. indépendance financière à partir du don entre époux ?? c’est complètement contradictoire !

      1. nora dit :

        ben en théorie c’est tout à fait possible dans le cas où le seul salaire du foyer est considéré comme commun et donc partagé équitablement (ou pas), avec un compte pour les dépenses et l’épargne communes, et un compte séparé par conjoint. Je trouverais ca fair-play pour ces femmes qui renoncent à bosser, par choix ou non, pour sécuriser leur avenir en cas de divorce, veuvage ou pour se barrer tranquille avec son jardinier. Ou pour (se) faire un cadeau sans quémander.
        Evidemment ce cas de figure doit être bien rare.
        Mais ce n’est pas différent d’un couple dont madame gagne bien plus que monsieur (ou l’inverse, arrêtons les clichés) (ou madame et madame) (ou monsieur et monsieur) et qui mettent toutes leur rentrées d’argent en commun…
        Peu importe comment l’indépendance financière est acquise, non ?

        Je ne te rejoins pas non plus sur « les écarts qui peuvent se creuser quand le couple tangue » : qu’en est-il alors des couples ou Monsieur est caissier dans un hyper et Madame cadre dans une multinationale ? (je sais, encore un cliché) (pour ma part, j’ai fait les 2)
        En quoi est-ce plus sexy de raconter sa journée en tant que comptable que de parler jambon (bio, en fines tranches s’il vous plaît) ?

        je te rejoins sur beaucoup de points, mes ces derniers me mettent mal à l’aise, je les trouve clivants.

        last but not least, OUI moi aussi j’en ai ras-le-bol de ces MAF qui me disent que pour elles c’est du 24/24: ben pour moi aussi. Quand je suis au travail je ne glande pas, et les soirs/weekends/vacances je suis non-stop avec mes gosses : nous sommes bien toutes dans le même bateau.
        Soyons juste bien conscientes que cette agressivité là vient bien souvent d’un manque de reconnaissance (du mari, de la société). Elles savent bien les risques liés à ce statut et nous envient (parfois) notre indépendance financière et/ou notre épanouissement et/ou d’être sans ses gosses.
        Tout comme nous on les envie (parfois) d’être plus présentes, de pouvoir faire les choses à son rythme et d’avoir un appart rangé.

      2. Pas du tout. On peut avoir un accord, y compris officialisé où l’époux donne une somme d’argent à sa femme tous les mois (ou à une fréquence déterminée). Ca se fait dans beaucoup de couples et ça fonctionne bien. La femme a ainsi l’équivalent d’un revenu, peut mettre de l’argent de côté, … même si ça ne compense pas le problème de la retraite pour laquelle on ne cotise pas, ça permet quand même de voir venir.

      3. Maryline dit :

        L’indépendance financière n’a rien à voir avec être au foyer ou pas, c’est une conception dans le couple. Je suis globalement mère-au-foyer (je suis autoentrepreneuse donc je travaille à la maison, mais je gagne trop peu pour me passer d’un versement mensuel de mon mari sur on compte perso), mon mari me verse une partie de sa paye (qu’il appelle « notre paye » ^^) et je n’ai jamais à justifier aucune dépense, quand bien-même elle serait peu raisonnable !! C’est mon compte, je gère. Et donc je peux tout à fait faire des cadeaux à mon mari, il n’a aucune visibilité sur mes dépenses. Je suis plus indépendante que ces femmes -nombreuses malheureusement- dont la paye tombe directement sur le compte-joint et dont le mari tient les cordons de la bourse. Ces femmes-là sont doivent souvent justifier une dépense, bien qu’elles travaillent à plein-temps. L’indépendance c’est donc une conception dans le couple.
        Sinon j’étais d’accord avec la plupart des points de votre article, mais c’est vraiment dommage qu’on sente de la condescendance pour les femmes au foyer. Ce n’est pas un métier mais un choix de vie, qui peut être tout à fait palpitant et gratifiant. (et oui, une d’une certaine façon, une femme qui confie ses enfants à une nounou ou a une crèche ne s’en occupe donc pas H24, et donc est n’est pas maman à plein temps).

  7. Bravo ! J’ai adoré cet article … Je me suis toujours demandée ce que j’en pensais réellement mais j’ai aussi souvent entendu les mamans au foyer se plaindre du manque de reconnaissance des autres aussi … Et dire que je suis prof, avec moi aussi ce manque de reconnaissance face à la société ! Et alors ? Je fais ce que j’aime (quand je suis appelée, car oui, je ne suis « que » remplaçante ; et ce n’est d’ailleurs pas la/le titulaire de la classe qui va venir me remercier quand j’aurai fini mon remplacement !) mais je ne me vois pas demander encore plus à mon conjoint alors que nous n’avons pas encore d’enfants ! Pour le moment, nous nous consacrons à notre vie professionnelle ; et je me vois bien incapable de tout laisser tomber à la naissance de nos enfants …

    Bonne continuation !

    PS : J’ai moi aussi un blog lifestyle sur tout et n’importe quoi ! Actuellement, il s’agit surtout de la Chine, car je vais m’y expatrier prochainement … Passe y faire un tour si cela t’intéresse !

  8. Un jour une amie au foyer m’a dit : tu as de la chance, toi tu as des pauses dans la journée. Oui, j’ai une pause repas d’une heure, pendant laquelle parfois je fais les course, prends des rendez-vous, fait du sport, cours à la pharmacie… et une pause café de 5 min. Mais le soir quand je rentre du travail, j’ai tout ce qu’elle a eu le temps de faire à son rythme pendant la journée, à faire en quelques heures.

  9. virgulle dit :

    C’est un peu triste ce billet qui divise les mamans, je préfère quand tu fédères les femmes.

    1. ce n’était pas le but, mais j’ai l’impression d’avoir touché un sujet plus que sensible !! c’était simplement une réponse aux MAF qui disent « je suis mère au foyer, c’est mon métier, je bosse 24H/24, je suis maman à temps plein » car sinon c’est sans fin , les mamans en GA ne sont que maman à mi temps ?

      1. Zabou dit :

        T’as l’air douée pour trouver des sujets qui divisent. A quand un article sur les pro/anti allaitement? 😉

        1. j’y pense j’y pense… mais franchement à quoi bon s’abîmer la poitrine et être l’esclave de son bébé alors qu’il existe du si bon lait en poudre ???

  10. maud1202 dit :

    Très joli commentaire auquel j’adhère à 100%

    J’adore ce passage : « On peut aussi considérer le couple et les choix de couple comme quelque chose, non que l’on subit inégalitairement, mais que l’on construit, à deux. sous l’angle de l’équilibre, de l’esprit d’équipe, du bien etre de toute la famille, du temps et pas seulement de l’argent, de l’éducation.
    C’est un choix personnel, philosophique, qui n’a pas tellement à être jugé de extérieur. »

    :)

    Merci, tout est dit, je n’ai rien à ajouter !

    Une maman, pas mère au foyer, mais presque (mi-temps instit).

    1. mais c’est ce que je dis aussi !!!!!!!!

  11. Rani dit :

    Bel article ! Mais on est la plupart du temps mère au foyer par dépit! Car si pas de cdi avant le bébé il est difficile de reprendre, de trouver du boulot! De surcroît si on a des jumeaux … Alors on se console un peu car mettre deux enfants à la crèche et que vous avez juste le smic: on ne s’en sort pas! Des fois ce n’est pas un un choix! C’est une réalité qui s’impose à vous!

    1. bonjour merci de votre témoignage ! je prends justement l’exemple des jumeaux dans mon article ! parfois la vie nous y oblige !

  12. limonasblog dit :

    Bonsoir,
    etant moi meme maman, qui travaille à la maison, j’ai fait un choix, de rester à la maison, et travailler, car je ne pouvais pas faire autrement, c’est trop stressant, de se lever tot le matin, la circulation, les embouteillages, c’est pas mon truc, j’ai meme fait un autre choix, de ne pas conduire, j’ai pas de permis, meme a 42 ans, j’assume, :) ,
    je suis d’accord avec l’independance matériel, c’est indispensable, moi je fait la couture à la maison, j’ai mon propre compte bancaire, mon mari et moi nous sommes ensemble depuis 2000, 16 ans deja de mariage, nous nous respectons, chaqu’un de nous à ses propres centres d’intérets, on sort aussi ensemble avec notre fille, on partage des moments magnifique ensemble, mais je ne depend pas de lui, ni lui de moi, je pense c’est cela qui a fait durer notre mariage,
    la maison ne me fait pas peur, au contraire, c’est mon petit monde, mon petit paradis, parfois je reste tres tard la nuit pour finir mon travail, ou bien je commence tres tot le matin, je peux me reposer quand je me sens fatiguée, je prepare aussi de bons plats, des gateaux, et quand je m’ennuie, je sort, je vais chez le coiffeur, je fait du sport, la marche, je retrouve mes soeurs, pour faire les courses, aller au café, voir l’ocean, contempler le coucher du soleil, et quand il fait tres froid et il pleut, moi je suis bien au chaud avec ma tasse de thé bien chaude et sucré, je contemple de la fenetre la pluie le vent et les gens stressés qui courent pour aller à leurs travails.
    merci
    bon courage à toutes les mamans
    mona
    limonasblog.wordpress.com

  13. Lunesoleil dit :

    Ton article me fait penser aussi que travailler lorsque l’on est jeune chez les parents ce n’est pas un métier, on est pas déclaré et l’on cotise pas pour sa retraite et pourtant lorsque le travail est pénible on s’use et s’accumule avec le temps que l’on a travailler pour gagner de l’argent, mais ce n’est pas reconnu pour être validé …

  14. Maman_2_anges dit :

    C’est un peu dommage de voir cette opposition entre mere au foyer et maman au travail. Je ne pense que l’on puisse comparer de toute façon. Il y a 2 ans je bossais 50 heures par semaines et je m’occupais de ma fille en rentrant et de la maison. Aujourd’hui je suis à la maison, et ce n’est pas plus facile, loin de là. Et pourtant à l’épique aussi je pensais que les mere au foyer n’avais pas grand chose à faire. Je me trompais lourdement. Pour ce qui est du financier à chacuns de s’organiser, pour ma part j’ai pas mal d’économie sur un livret A tout comme mon conjoint. Mais il n’y a aucune différence au niveau du salaire qui rentre, je n’ai pas d’autorisation à demander pour acheter quoi que soit. Tout comme se fut le cas lorsqu’il a perdu son emploi il y a quelques années. Nous nous ne arrêtons pas à regarder qui gagne le plus, qui rapporte quoi, qui dépense quoi!!!
    Oui il faut prévoir pour l’avenir mais de là à anticiper une future séparation c’est un peu dommage pour la vision du couple.
    Enfin bref pour moi même si certains points de ton articles sont intéressants tu fais quand même preuve de condescendance envers les mere au foyer, cest personne inintéressantes qui n’ont aucunes vie en dehors de leurs enfants!! C’est assez réducteur, etre mere au foyer n’empêche pas d’avoir une vie sociale, et encore moins d’avoir des choses à raconter.

  15. Lillune dit :

    Non être mère au foyer n’est pas un travail, c’est bien pire ! Aucun travail n’est aussi épuisant et fatiguant qu’être maman. Même une nounou, dont le métier est proche, n’a pas à « subir » autant : les enfants étant beaucoup plus agités et beaucoup plus en recherche de limites avec leurs propres parents. Ayant passé 2 ans à la maison avec mon loulou j’ai testé et sérieusement, j’admire celles qui tiennent le choc. Moi je n’ai pas pu, j’ai eu besoin de « fuir » cet exercice de vigilance extrême (avec un gamin on est toujours à redouter une catastrophe imminente), ce marathon (se mettre assise ? la blaaague !), cette cacophonie (sérieux, comment un machin si petit peu être aussi bruyant). Mine de rien c’est très « reposant » de travailler. Je suis assise sur une chaise, dans un silence religieux. Certes j’ai des problèmes parfois inextricables à résoudre et un peu de stress, mais avec la reconnaissance et la considération d’autres adultes.

    Ce pamphlet très acerbe pour les mères au foyer ressemble surtout à une maman qui n’assume pas d’avoir fait le choix facile, c’est à dire celui de confier l’éducation de ses terribles minis-monstres à quelqu’un d’autre la grande majorité du temps.

    1. ah ah ah comme vous me connaissez si mal ! j’ai l’impression à votre discours que vous etes plutôt frustrée de n’avoir pas réussi à éduquer votre enfants comme vous l’auriez voulu ?

    2. nora dit :

      hahaha !!
      on voit bien que vous n’avez jamais été mère active et jonglé entre un taf et les enfants !!
      ma bonne dame il y a 1000 manières d’être MAF, et tout autant d’être mère active… je ne m’étendrais pas à étayer mon propos car vous ne semblez pas avoir le niveau.
      Bisous.

      1. lillune dit :

        Je suis ingénieur en informatique. À 50% par choix, parce que justement j’ai bien réussi jusqu’ici avec l’éducation de mon loulou et que je n’ai pas envie que ça change 😉
        Mais l’éducation bienveillante et Montessori/reggio est un sacerdoce, ça aurait effectivement été moins fatiguant de le coller devant le télé pour en faire un enfant docile au lieu d’une tornade pleine de vie, d’éclats de rire et d’envie de tout faire.

      2. ornella dit :

        Non seulement l’article est issu d’une réflexion plus que simpliste mais en plus les réponses aux commentaires sont méchantes et mesquines. C’est affligeant de lire de pareilles conneries. Et ce petit ton de donneuse de leçon non assumé….

        1. merci pour ce commentaire constructif qui a bien fait avancer le débat :)

      3. ornella dit :

        Je n’essaie pas de faire avancer le débat, ça ne sert à rien de débattre avec quelqu’un qui répond aux commentaires comme vous le faites. Vous n’oseriez jamais parler comme ça en face d’une personne ou alors vous seriez vite calmé. Il n y a pas de débat, vous félicitez les gens qui pensent comme vous et vous descendez à coup de ponctuation agressive ou de terme comme « frustré » les gens qui osent vous contredire. Tenir un blog public implique des responsabilités. Etre cacher derrière un écran ne justifie pas tout.

        1. d’accord, alors « bonjour ornella ! pas de souci de dire que je suis mesquine, méchante, donneuse de leçons, avec un petit ton ! comme j’ai un blog sur un espace public, vous avez tout loisir de me cracher dessus ! j’accepte avec le sourire ! bisounours et paillettes à toutes :) »

        2. et vous, vous oseriez dire à quelqu’un en face « c’est des conneries » « c’est affligeant » « petit ton méprisant ? »

  16. Caroline dit :

    Coucou,
    c’est un joli article qui respecte les femmes au foyer tout en ne mettant pas en valeur celle qui travaille à l’extérieur. Bravo
    il faut tout de même savoir que toutes les tâches qui incombent à une femme au foyer (lessives, ménage, faire à manger, faire les courses, les devoirs, les loisirs, etc.) le sont aussi à celles qui travaillent en dehors de la maison, mais avec moins de temps pour le faire … 😉

  17. lily dit :

    Je ne comprends pas bien ce besoin d’affirmer que non mère au foyer n’est pas un métier…quelle importance au final que ça en soit un ou non?ca sonne comme une maman qui a besoin de se confirmer qu’elle fait le bon choix de reprendre le travail et qui au passage tâcle les copines.Bref,ça ne fait pas avancer la cause,ça la fait même reculer je dirais.OUi mère au foyer n’est peut-être pas un métier à proprement parlé,mais pourquoi ce beosin d’enfoncer le clou sur de la sémantique?Je pense que ces mamans ont besoin d’assimiler ça à un métier (ou travail) face à des gens dont vous semblez faire partie qui réduisent leur condition à pas grand chose malgré une tentative molle de valoriser leur fonction à la toute fin du message.Je travaille et même si je ne suis pas « maman à mi-temps » je sais très bien que je ne fais pas la même chose qu’une maman qui serait toute la journée avec ses enfants,on est absente toute la journée et pendant ce temps la mère au foyer s’active…(ça revient à dire que la nounou ne fait rien avec vos enfants pendant que vous bossez…d’ailleurs la nounou travaille t-elle vraiment en faisant la même chose qu’une maman?ah oui!on la paie…pour faire ce qu’on ne peut pas faire la journée cqfd).Franchement ces discours entendu mille fois…pourrait-on passer à des débats plus élevés que de se tirer dans les pattes entre mamans qui font chacune ce qu’elles peuvent en fonction de bcp de paramètres?

    1. la nounou TRAVAILLE elle a une FORMATION et un SALAIRE c’est son METIER

    2. c’était juste le sujet de l’article, que MAF n’est pas un métier, ce n’est pas mieux que d’être au chômage, sans emploi, en cdi, CDD, en création d’entreprise, autoentrepreneur, ou je ne sais quoi, ce n’est pas un métier c’est tout !

  18. lily dit :

    je rajoute que cette description des choses,Monsieur raconte sa journée « palpitante » au bureau tandis que Madame ne parle que de jambon en promo…non mais sérieusement?je plains votre vie de couple!Chacun sait que l vie en entreprise n’est qu’aventures passionnantes et que parler d’éducation des enfants ne se résume qu’à parler charcuterie,belle façon de penser la tâche d’élever des petits.

    1. heureusement que j’avais précise « je caricature » hein parce que sinon …

  19. Sansan dit :

    Une chose me chiffonne vous dites que quand vous rentrer de votre travail vous vous occuper autant du ménage etc…. ok vous êtes des super maman. Mais la ou je ne comprend pas votre mari il fait quoi lui il se met les pieds en éventail ou il vous aide. Car nous la journée certes nous faisons comme vous le dites si bien le ménage et autres à notre rythme mais nous gérons cela toutes seules et mon mari quand il rentre du travail je ne lui demande rien car il travail et je trouve cela normal. Maintenant moi aussi j’en ai assez d’entendre. Nous ont travail et on gère aussi la maison …… heu coucou demander à votre mari de bouger et de vous aider vous travaillez autant que lui. Évidemment vous allez me dire mais si mon mari m’aide et je vous dirait donc qu’il fallait le marquer et ne pas prendre toutes les gratifications pour vous.

    1. alors là, les taches ménagères sont vraie,t un non sujet chez nous ! et mon chéri ne m’aide pas non, il fait autant que moi pour nos enfants et notre maison ! et s’il est en repos alors que j’ai bossé (ou vice versa) il va faire au max pour me décharger !

      1. Aurore dit :

        Donc tu vois bien que tu n’en fais pas autant qu’une femme au foyer, qui elle fait la journée seule ce que tu demandes à ton mari le soir de partager avec toi !

        1. Carla dit :

          et le pire dans tout ça, c’est que mon mari, il a deux bras deux jambes et un cerveau, et le soir il arrive très bien à utiliser tous ses membres sans que je lui demande rien !

    2. griffonette dit :

      Bien dit Sansan, quand à vous 7àlamaison, si votre conjoint fait autant que vous, je ne vois pas en quoi votre journée est plus fatiguante que celle d’une MAF. Etre dispo 24/24, gérer en totalité la gestion de la maison et les enfants est bien plus fatiguant. J’ai repris le boulot depuis Septembre après 15 mois de congé parental, je n’ai jamais eu autant de temps libre pour moi. Et pourtant le soir venu, je gère mon fils, le repas et mon ménage comme tout le monde.. Ce n’est pas la même fatigue. Et c’est vraiment être de mauvaise foi que de dire le contraire.. De toute façon cet article est un concentré de mauvaise foi, que ce soit dans les caricatures, le fait de juger la vie financière des autres (oui, une femme au foyer peut également avoir des rentrées d’argent, et même si ce n’est pas le cas, et si l’un des deux uniquement l’alimente, faut pas oublier que l’autre ne se tourne pas nécessairement les pouces, que peut être aussi à des périodes de vies, les situations peuvent s’inverser, le temps n’est pas figé hein.. Etre mère au foyer est une activité à temps plein, que vous le vouliez ou non. Vous avez beau vous en défendre, votre article est un concentré de mépris ou on sent une légère pointe de frustration d’avoir l’impression de gérer bien plus (un petit rappel: le soir les MAF ne sont pas posées devant leur télé pour autant, elles ont tout autant de choses à gérer, si vous voulez avoir vos soirées de libres, c’est le fait d’avoir des enfants qui interfère, pas la situation de la mère, menfin..). Je rappelle aussi que quand on bosse, on peut aussi plus facilement se faire aider à la maison (femme de ménage, pas forcément des plats maisons tous les soirs, le conjoint en fait également plus vu que les deux travaillent).

      1. vous faites des bons petits plats maison midi et soir ?

      2. être MAF est une activité oui mais pas un métier 😉 quant aux temps de vie, vous dites EXACTEMENT la meme chose que moi, mais vous avez ce que vous vouliez bien lire !

      3. une femme au foyer peut avoir des rentrées d’argent c’est contradictoire enfin bref vous dites tout et son contraire je n’arrive pas bien à comprendre votre propos ?

        1. griffonette dit :

          Une femme au foyer peut avoir une rentrée d’argent de la Caf pour congé parental par exemple ou même des revenus de propriétaire, ce n’est absolument pas contradictoire. Je ne dis absolument pas tout et son contraire, je pense que triez ce que vous souhaitez comprendre.. Je ne dis pas exactement comme vous, je reprends vos paroles, pour vous expliquer à quel point c’est absurde de dire qu’une MAF et une salariée font le même travail à la maison..

          1. bah pourtant il y a bien des taches incompressibles non ? le ménage, le linge, les devoirs, la vaisselle, le rangement des chambres des enfants, les lits, … ? vous savez bien la double journée, le terrible 17h_20h ?

      4. nora dit :

        oui, mais vous semblez oublier un paramètre : OUI s’occuper d’un nourrisson peut être vraiment épuisant. D’expérience j’ai vraiment galéré jusqu’aux 2 ans de chacun de mes enfants. Après c’est un peu plus relax (mais ca reste prenant). Je comprends donc quand vous dites que vous êtes moins crevée, mais c’est aussi parce que votre fils a grandi, pas seulement parce que le travail est moins fatigant que de rester à la maison.
        Essayez seulement de vous imaginer si vous aviez dû reprendre le boulot juste après votre congé mat’… surtout quand votre gosse ne fait pas ses nuits et que vous devez quand même être pomponnée au travail, souriante, efficace…
        il y a plein de paramètres et ca dépend de 1000 choses mais svp n’affirmez pas que toutes les mères actives ont plein de temps libre ; il me serait facile de dire que les MAF se payent du bon temps sur facebook au parc, ou à papoter avec d’autres mères pendant que les enfants s’occupent entre eux…

  20. mamanathome dit :

    Quel courage d’oser t’aventurer sur ce sujet … mazette :-) J’ai été dans les deux situations, en activité professionnelle puis maman@home puis de nouveau en activité professionnelle… , j’ai tour à tour aimé et détesté ma situation, pas simple de se retrouver @home quand on ne l’a pas choisi et qu’on aime au contraire bosser dans un bureau avec des collègues et pas simple d’y retourner après 3 ans de congé parental et un équilibre parfait. Tu as raison être femme au foyer n’est pas un métier. Tu as raison les mamans qui ont une activité professionnelle sont des mamans à part entière avec les tâches ménagères à gérer et la logistique aussi (avec l’aide de chéri-chéri bien sûr). Et j’avoue que j’avais plus de temps pour ma famille et moi en étant @home car il n’y avait plus rien à faire le we, ni ménage, ni rangement, ni courses de bouf, il ne restait que le plaisir et ça c’était le pied. Maintenant ce n’est pas plus simple de s’occuper de ses enfants et rester à la maison que d’aller au bureau, ni l’inverse d’ailleurs c’est juste une question de choix de vie et chacun fait bien comme il veut (et peut parfois d’ailleurs). Et je ne vois pas du tout où tu as dit le contraire… allé courage pour les futurs commentaires 😉

    1. griffonette dit :

      Quand j’étais en congé parental, oui évidemment. Depuis que je retravaille, je ne cuisine pas une ou deux fois par semaine.

    2. griffonette dit :

      Comme je le disais dans mon premier commentaire qu’apparemment vous n’avez pas lu, quand les deux parents travaillent, ils peuvent financer des aides extérieures (femme de ménage, ou nounou qui va chercher les enfants à l’école et s’occupent des devoirs). Et même si ce n’est pas le cas, quand les deux parents travaillent, les tâches sont réparties entre eux deux. Vous ne lisez que ce que vous voulez lire en fait?

      1. la question serait donc de savoir mais que fait ce conjoint de la femme qui ne travaille puisque lui il ne participe à rien ? le problème c’est que chacun se sent visé et persécuté dans son organisation de vie de famille alors que dans le fond je m’en fiche chacun s’organise bien comme il le veut et le peut !! juste MAF ce n’est pas un métier, j’ai pas dit qu’elle n’en foutaient pas une rame ! ou que leur mec était exploité ! ou je ne sais quoi d’autre ! qu’elles restent à la maison toute leur vie si ça leur chante chacun fait comme il veut !

  21. En fait Carla votre problème dans ce billet c’est que vous n’arrivez simplement pas à concevoir qu’on puisse faire différemment que vous, et même qu’on conçoive cette fameuse « indépendance » différemment de vous.
    on dirait que vous ignorez que le salaire en soi n’est pas spécialement l’unique forme d’accès à l’indépendance (je parle de l’indépendance financière puisque c’est celle à laquelle vous tenez tant):
    On peut être une femme et avoir un pécule, gagné à la sueur de son front, hérité, fruit d’une plus-value… Bref, cela ne regarde pas tellement les autres même si on dirait que ca vous turlupine pas mal.
    On peut donc etre au foyer et avoir des rentrées d’argent: placer son argent, s’associer à une entreprise en y mettant des billes, investir… Bref, il y a de multiples formes d’accès à l »enrichissement » (tout est relatif bien sûr, ça peut être juste du beurre dans les épinards) autres que les simples « salaires », qui souvent n’y suffisent pas.
    Sortez de votre conception « lutte des classes » et vous comprendrez que le travail, et avec lui « l’indépendance », en 2016, n’est pas forcément conçu de la même manière dans tous les couples et dans toutes les familles… Car chacun fait à sa sauce, selon ses valeurs, ses contraintes, ses concessions et ses arrangements de couple.

    Et si une femme considère qu’en « restant à la maison » elle n’est pas plus « dépendante » qu’une autre qui travaille et gagne un SMIC façe à son mari qui gagne 10 fois plus qu’elle (on peut inverser les sexes c’est la même chose), ou qui est à la merci d’un patron qui peut la virer du jour au lendemain, eh bien admettez qu’elle puisse concevoir la vie ainsi, au lieu de vous évertuer à n’être capable de prendre en compte qu’un seul schéma de vie: le votre.

    1. mais c’est ce que je dis !!!!! je parle meme des rentières dans mon article !!!

  22. Je ne rentrerai pas dans le débat de fond je suis une maman qui travaille à 90 % pour m’occuper de mes enfants le mercredi après-midi et je me rends juste compte que moi aussi je m’occupe de mes enfants, de ma maison, des courses et du reste (avec l’aide de mon homme bien sur) sauf que je ne le fais pas à temps pleins ça veut donc dire que je cumule 2 emplois : mère et CDI sauf que non être mère n’est pas un métier…

  23. Sansan dit :

    Si il y a bien sur des rentrer d’argent ex: libre choix d’activité. Moi j’ai travaillé 11 ans dans la même entreprise et quand on m’a proposer cela j’ai dit oui car pouvoir m’occuper de mes enfants en bas âge à été un vrai soulagement pour moi donc oui j’ai une rentrée d’argent et je ne dépend pas de mon mari.

    1. vous n’etes pas mere au foyer toute votre vie, vous etes en pause de votre activité pro

  24. Fanny dit :

    En fait je crois qu’il aurait fallu juste dire un fait dont tout le monde est conscient : être MAF n’est pas un métier, mais un choix.
    Je pense que ça aurait moins fait de tollé (perso y a que les exemples qui me chagrine, mais pas le fond) auprès des blogueuses phares (mes fils sont inondés sur ce sujet… pire que quand elles publient la même photo du même sponsor… sic!)

    En fait quand on dit être MAF, c’est un peu comme quand une personne dit que sa profession est « cadre ». Humhum… C’est un statut, pas une fonction.

    Parce que oui, être MAF ce n’est pas rémunéré ou alors très mal… (le PrePare, comme il s’appelle maintenant, couvrirait juste mes frais mensuels de courses pour 4 enfants et 2 adultes… j’appelle pas ça subvenir à ses besoins).

    Et puis la finalité est la même : on est des mamans !
    Et on fait du mieux qu’on peut pour nos têtes blondes, brunes, rousses, noires !
    Point.

    1. plutôt d’accord avec vous!juste si j’avais dit « ce n’est pas un métier mais un choix » tollé des blogueuses dont ce n’est pas le choix mais une contrainte … enfin comme tu le dis si bien on fait du mieux qu’on peut !

  25. Marine dit :

    Les gens ont bien du mal à être mis face aux évidences : non, être mère au foyer n’est pas un métier, oui, être mère est un « job » à plein temps, et oui être mère et travailler 50 heures par semaines impose une organisation quasi militaire, et une double dose de « travail », et ce en l’absence de femme de ménage, de pressing, de fille au pair, de cuisto à domicile, et même en dépit de l’aide plus qu’active du papa.
    N’en déplaise à certain(e)s…

  26. dallo dit :

    Moi je veux bien être femme au foyer avec des enfants scolarisés (et qui mangent à la cantine hein) : bain chaud, lecture, séries et films à gogo, un peu de tâches domestiques, mais enfin ça prend pas 8 heures par jours non plus faut pas déconner…ha on me dit dans l’oreillette que ce n’est pas un métier…Oh dommage….je suis déçue car c’est pas loin d’être le job de mes rêves.

  27. sophie mum dit :

    Je suis d’accord avec on article Jai que enfant ok mais pas grave j’ai tjs bosser et heureusement car md suis retrouver solo donc heureusement que Jai tjs eu de l’expérience des sous économies etc. J’ai une copine qui a 3 enfnzts et qui Boss A 80% ou pas bien lool car pareil on est jamais à l’abri de la vie de couple du boulot du conjoint qui gagne bien sa vie etc et jeduque ma fille de 4 ans dans cet objectif plutard et elle l’a bien compris. Apres je peux comprendre que les mere aux foyers n’accepte pas ou réagisse à ton article mais bénéficier des aides de la caf etc c pas une vie. Apres je constate ceux qui se séparent sont plus souvent les couples qui bossent car ils se sont perdu A un moment donnée

    1. rien à voir mais ton nom de blog m’a fait mourrir de rire !!

  28. mamankinderetsasurprise dit :

    J’aurai pu écrire ces lignes. J’envisageais d’ailleurs d’écrire un article exactement sur le sujet dès que possible. J’ai exactement la même vision que toi et n’en déplaise aux autres, j’estime que tu as raison. Merci, merci !

  29. marie dit :

    Non etre mere au foyer cest pas un metier ici 2 enfants un taf a temps plein je fait mon menagevmin linge les bains les repas les crotte de nez:-) les ongles les courses apres mon taf je nai pasvpour autant un double emploie etre mere au foyer cest un choix de vie basta merci pour votre article

  30. Laure dit :

    Quel article dévalorisant pour les femmes qui exercent ces tâches et qui sont rémunérées pour (nos assistantes maternelles, nos nounous…). Et quelle prise de position triste pour une professeur des écoles qui a en effet beaucoup de temps avec ses enfants contrairement à des mamans qui ne sont pas fonctionnaires. Si ta liberté passe par l’argent, la liberté d’autres passent aussi par des valeurs plus humaines et surtout le respect et l’EMPATHIE sans le jugement! En tous cas travailler ne t’a apparemment pas aider à maintenir souder ta première famille composée…

    1.  » L’empathie est une notion désignant la « compréhension » des sentiments et des émotions d’un autre individu  »

    2. sympa ce petit jugement gratuit sur ma vie privée. Je trouve ça très déplacée de commenter sans connaitre les circonstances, les tenants et les aboutissements …

    3. T.Telle dit :

      Non mais en quoi cet article est dévalorisant pour les nounous, les ass. mat. et même pour les mères au foyer ?
      Et qui êtes-vous pour juger du manque d’empathie de Carla ? Vous ne la connaissez pas – et c’est bien dommage pour vous d’ailleurs – et vous permettez un jugement de valeur alors que vous fustigez cela dans votre commentaire.
       » Dans la vraie vie « , il n’existe pas de personnes plus emphatique et dénuée de jugement que Carla. Vous ne connaissez rien de sa vie, ni l’actuelle, ni celle passée, gardez-vous donc vous-même de juger les autres (et je passerai le commentaire désobligeant sur sa profession…).

  31. sacha dit :

    Bonjour,

    Je suis une ancienne mère au foyer et je déconseille vivement aux femmes de rester à la maison !!!
    Toutefois j’aimerais signaler que les femmes en conditions de travail manquent souvent d’honnêtée par rapport aux femmes au foyer , j’ai été la nounou gratuite et disponible avec gite et couvert en lit d’appoint dispo pour des tas de femmes en situation d’emploi ( cause grève profs, panne de nounou, divorce et je m’en suis apercue plus tard pour certaines::nounou pdant le shopping des dames soit disant surbookés , ou soirée avec amant !!!! et mon oreille complaisante pour les histoires de chef de service ou de collègues, et le suivi de divorce, mon dieu,)…….
    Et mon fils était scolarisé dans une école d’appli dont une classe d’adaptation pour les trisomiques si je n’avais pas été présente pour les activitées et sorties la classe ne pouvait pas exister faute d’embauche de personnel……D’ailleurs cette classe n’existe plus……….!!!!! Et les trisomiques peuvent aller en institution !!!
    Je déconseille d’être mère au foyer car en cas de divorce que reste t’il ? C’est mon cas a 45 ans bon bien sur j’ai été pigiste ( en contrat d’auteur ! et j’ai rénové toute seule un particulier des années 30 , mais rien de valorisant pour le marché du travail et retraite de merde en perspective ! )……………..
    Mon fils garde un super souvenir de son enfance et des copains et copines qui squattaient la maison, nous avons aussi écumés les expos et les activitées et les ateliers que je dégotais partout, il en garde une richesse culturelle pas commune c’est une certitude et un souvenir gourmand de mes gateaux et de nos essais culinaires parfois vraiment ratés !!!

    1. merci de votre témoignage ! c’est vrai que les mères au foyer accompagnent souvent les sorties scolaires. dailleurs globalement dans les écoles ce sont toujours les 4-5 mêmes mamans qui s’investissent. Messieurs les papas, l’école vous est aussi ouverte ! (mais c’est un autre débat…)

  32. Mother of wolves dit :

    Moi qui décent bec et ongle en temps que MAF que c’est un métier voila un article qui m’en embouche un coin.
    Je comprend complètement le coté « rémunération pour chaque action » qui est ridicule. Mais personnellement j’aimerai que se soit une catégorie socio-professionnel, c’est très frustrant (presque humiliant) de cocher « sans activité » quand on rempli des papier administratifs!!! Après tout on est toute d’accord pour dire que , on fou pas rien sur notre canapé 😉
    ET quand on parle de « travail H24 » personnellement c’est n’est pas une opposition MAF/ MA (mère active) mais beaucoup plus une généralité pour les mères au sens large! Toutes les mère travail H24 justement et c’est parfois (trop souvent) un travail, une activité si vous préféré, invisible et non reconnu par les hommes, les femmes sans enfants et la société!
    Oui une mère n’a pas d’arrêté maladie ou de congé, mais oui elle savais a quoi s’attendre. sur le sujet je trouve même la situation de MA pire, vu qu’elles sont « obligé » de prendre leurs vacances en période vacances scolaires, ne se repose pas vraiment pendant cette période, galère a trouvé quoi faire des enfants quand y a pas école et qu’elles travaillent et enfin parce que quand elles rentre de « vacances » on doit yen les saoulés, « alors bien reposé?? » bref pas facile.
    Par contre l’idée qu’une vie de MAF est mon « complète » qu’une vie de MA… Pas du tout d’accord mais c’est une autre débat! 😉

  33. Leila dit :

    Bonsoir,

    On oublie dans tout ce débat que souvent les femmes s’adaptent à leurs situation.

    Etre femme au foyer est rarement un vrai choix, mais on finit par y trouver du positif quand on est du genre çà voir le verre à moitié plein.

    J’ai été au chômage bien avant d’être maman, j’étais jeune et dans mon métier (l’informatique) les recruteurs ne voyaient en moi qu’une future femme enceinte, donc je n’ai pas pu travailler à part quelque missions d’interim par ci par là.
    J’ai fini par le faire ce bébé, tant qu’à faire autant ne pas tout rater dans sa vie, et même en ayant mon premier enfant j’ai quand même essayé de retrouver un travail, mais rien.
    Ensuite mutation de conjoint, changement de région à deux reprises, puis un autre bébé. J’ai préféré ne pas me disperser et m’occuper de mes enfants, j’aime bien faire les choses à fond et m’investir dans ce que je fais, j’ai découvert la valeur de l’amour et de la famille me réussissait mieux que l’argent et la vie professionnelle . Malgré la méchanceté des autres et le mépris cachant une jalousie et une envie à peine masquées de certaines femmes de mon entourages qui jouaient les femmes d’affaire à chaque fois que l’occasion se présentait. J’ai fini par en rire quand j’ai compris qu’elle m’enviait bien plus qu’elles ne voulaient l’admettre.
    Une fois mes enfants scolarisés j’ai repris une activité professionnelle mais après quelques années c’est mon mari qui est tombé malade, n’ayant personne d’autre sur qui compter. J’ai tout laissé tomber pour m’occuper de lui, des enfants et du reste et je ne regrette rien. J’ai troqué mon job contre la vie de mon mari, il faut croire que j’ai fais une bonne affaire!

    Aujourd’hui il va mieux, j’ai toujours du mal à retravailler, mais je vois les choses d’un autre oeil.
    La vie est trop courte et on a beau essayer de se rassurer, avec des biens matériels, on ne maitrise rien du tout dans cette vie beaucoup de choses peuvent basculer à n’importe quel moment et nous échapper complètement.
    .
    Steeve Jobs a fondé un empire, il était milliardaire, ca n’a pas empêché son cancer de gagner à la fin hélas…

    Ce n’est pas le fait d’avoir un super post qui va vous éviter les ennuis demain, si à cause de ce travail et du stress vous avez un cancer ou une crise cardiaque, tout cela ne vous sera d’aucune utilité.
    Il faut rester positive, prendre soin de sa santé (car ca! c’est un vrai investissement) quand on a la santé on peut vivre longtemps et faire plein de projets, tout reste possible.

    Je compte créer une petite activité et travailler à mon compte, je ne veux ni chef, ni stress, ni concurrence des collègues et prise de tête au bureau. Financièrement je peux me contenter de peu, du moment que je suis heureuse et épanouie, entourée de ma famille et faisant toutes les activités que j’aime faire, la vie de femme au foyer m’a appris à aller à l’essentiel.

    Je ne me vois plus enfermée toute la journée dans un bureau en train de me prendre la tête pour la productivité ou pour satisfaire tel ou tel client ou encore pour plaire à mon chef. Si j’étais médecin urgentiste, sage femme ou tout autre métier dans lequel je me sentirai vraiment utile, j’aurai peut être eu un autre avis. Mais produire juste pour enrichir quelqu’un, ne me motive pas.
    C’est fini tout ça, la vie c’est autre chose, vivre c’est aimer être aimé, apprécier toutes les choses simple de la vie, tout ce que l’argent ne pourra jamais acheter.
    Moi je dis, femme au foyer ou femme active, peu importe du moment que vous êtes en accord et en harmonie avec vous mêmes et vos aspirations profondes, that’s it!
    Il y a de la place pour tout le monde, alors :Vivez heureuses il n’y a que ça de vrai!

    1. Carla dit :

      merci pour ton commentaire plein de bon sens et de positive attitude ! ton parcours prouve qu’on peut avoir plusieurs « moments de vie » et j’ai l’impression que chez toi c’est surtout l’amour quia triomphé sur la maladie :) bonne journée

  34. Sophie dit :

    Bravo pour votre article !. Je suis d’accord: Être mère, au foyer ou non, n’est pas un métier, c’est un choix de vie .
    Mon expérience:
    Mère de 3 ados travaillant à plein temps depuis 20 ans (c’est ma pause déjeuner, enfin …) , je suis très heureuse de ma situation personnelle et professionnelle sans aucune jalousie (je précise, hein !)
    En effet, avec le recul, je n’ai aucun regret malgré mes soirées à plier du linge ou à cuisiner après une journée de travail puis la vie de famille trépidante jusqu’à 20.30, les maladies, les nuits difficiles au début, les frais de garde …. Je n’ai toujours vu que des avantages à travailler: nourrices extraordinaires, enfants autonomes, mari qui participe, copines/collègues ou boutiques pendant les pauses déjeuners et vacances sympas …. Mes amies , copines, voisines ou belle-sœurs de ma génération (44 ans) « a la maison « n’arrivent plus à revenir sur le marché du travail et sont parfois/souvent contraintes de rogner sur toutes les dépenses familiales avec des enfants qui grandissent, même les études supérieures à venir des « enfants » sont un soucis …. sans parler de celles qui se sont fait larguées au bout de 20 ans de bons et loyaux « services » (gratuits !) …. Pour moi la vie doit respecter un certain équilibre, la vie professionnelle contribue à cet équilibre et n’est pas négociable. Mon « vrai »métier, quoiqu’en disent certaines, m’offre la liberté, l’équilibre familial /conjugal et l’autonomie. Je n’ai pas l’impression d’avoir moins fait ou moins aimé que d’autres parce que je travaille. Mes enfants n’ont pas eu plus de problème.
    D’après moi, rester à la maison trop longtemps (sans rente, sans revenu -quel qu’il soit-et un jour, sans retraite) présente plus de risque que d’avantage. J’élève mes filles pour qu’elles aient un métier, s’occuper et aimer sa famille n’est pas un métier.
    Bonne continuation

  35. Pops dit :

    Je vois que le sujet est épineux !

    Je suis en congé parental et je reprendrai le travail d’ici quelques mois (septembre), je vais donc être une working mum. J’ai fait ce choix parce que j’aime travailler, j’aime réfléchir sur des problèmes professionnel et avoir une vie sociale qui ne tourne pas uniquement autour de ma vie de famille. J’aime me sentir « puissante » parce que nous sommes égaux et que nous sommes 2 à travailler. J’aime aussi le fait que mon fils et mes futurs autres enfants voient qu’il est possible pour une femme de concilier vie professionnelle et vie de famille. Mais je travaille avant tout parce que j’en ai envie et parce que ça me donne une liberté que j’aime tant. J’aime aussi qu’on ait des discussions pro avec min conjoint et bien que je profite au maximum de mon fils et que je n’ai absolument pas envie de me lâcher et que la pensée de reprendre le travail me déchire le coeur, j’ai envie à nouveau d’avoir autre chose à dire à mon conjoint que « aujourd’hui j’ai fait le ménage, j’ai pris rdv chez me pédiatre, j’ai sorti la poussette ». Évidemment j’ai d’autres sujets de discussion (l’actualité, ce qui se passe dans vie de nos proches, les conseils que je donne à mon mari pour son boulot), mais j’ai hâte de parler moi aussi de mon travail, de mes collègues.
    En revanche je ne pense pas que les gens qui ne font pas le même choix que moi font un moins bon choix. Je pense qu’ils font le bon choix pour eux,et que moi je fais le bon choix pour moi. Je déteste qu’on me demande si je ne veux pas rester avec mon fils plus longtemps et je ne me permettrai pas de juger une femme qui préfère rester à la maison.
    C’est sur que les risques sont différents et la situation précaire en cas de séparation mais si le couple tient ? Je pense que ce choix est plus complexe. D’autant qu’aller travaille alors qui souhaite rester avec ses enfants ne doit pas être épanouissant ! C’est une torture.
    Je pense que si on veut plus d’égalité, plus de respect, on doit commencer par respecter le choix des autres femmes.

  36. Tipounette dit :

    Bonjour,

    Je suis tombée sur cette article totalement par hasard et même si je comprends bien que l’auteure ne veux pas montrer du doigt les MAF en disant « bouhhhh vous êtes nulles », je me suis sentie légèrement mal à l’aise à certain passage tout de même.
    Mais c’est sûrement parce que en tant que MAF je m’imagine « mal vu » par la société, alors que les MAT (mère au travail ?) se sentent très certainement aussi « mal vu » par la société.
    Au final, je pense que lorsque l’on est mère/femme, peu importe nos choix, pour les autres, ça n’ira jamais.
    Pour en revenir à mon statut de MAF, car je suis d’accord, ce n’est pas un métier, c’est un choix très personnel qui n’enchante pas particulièrement mon mari.
    Je n’ai pas fait ce choix pour être « maman à plein temps » (beurk) comme on peut l’entendre souvent, mais parce ce que je ne voulait pas des contraintes qui vont avec l’activité professionnelle ( cantines, garderie, devoirs tard). En gros j’ai pas envie de me faire chier à courir et je suis admirative de celles qui se donne cette peine.
    Mais comme mes enfants ne sont pas « toute ma vie » (attention je les aime hein !) je me suis lancée dans la vie associative. Pour l’instant j’y trouve mon compte.
    Chez nous pas de compte joint, mais libre à chacun de taper sur le compte de l’autre, le mien est alimenté par les allocations familiales.
    Quant au tâche du quotidien, notamment le ménage, j’estime que je ne dois pas être la seule à nettoyer étant donné que je ne suis pas la seule à salir.
    Au final tout le monde est content et c’est bien le principal !

    Bisous

  37. Bribou dit :

    Le problème n’est pas le faite de savoir si mere au foyer est un métier où non. Je pense que la mere qui travaille à la pression de se faire passer pour une mauvaise mère par la société et que les mères aux foyers des glandeuses par les mères qui travaillent. Alors que chaque choix de vie à ses bons et mauvais côtés. On est toutes ensembles en vrai femmes et mères avant tout. ✌

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *