J’aime pô la galette ! (8 esquives pour ne pas manger votre part sans passer pour un sociopathe)

le

24143-650x330-galette-des-rois-fotolia

Entre collègues, avec les beaux-parents, à l’école, au judo-club, aux voeux du maire… En janvier, on en bouffe, de la galette, surtout si vous avez des gamins « ça leur fait tellement plaisir » ! Seulement voilà, la frangipane vous rebute, la pâte feuilletée vous étouffe … Ca fait trois jours que vous vous nourrissez exclusivement de salade et de soupes, ce serait dommage de tout ruiner avec une petite tranche de galette. Vous pourriez tout simplement dire un « pas pour moi, merci » poli au moment où le marmot sous la table prononce votre nom. Mais dans ce genre d’événements, refuser une part de galette, c’est un affront à peu près égal à « mettre une robe blanche à un mariage » ou  » renverser son verre de vin sur le tapis prusse de belle-maman ». Si vous ne voulez pas être bannie sur trois générations, il va falloir prendre cette part de galette dans votre assiette avec le sourire. Et après, j’en fais quoi ?

1.Faites semblant qu’un enfant vous a bousculé pour faire tomber la galette par terre. Profitez-en pour dire « il est mal élevé quand même, ton gosse… En plus, ton sol est pas hyper clean, je préfère pas la manger ».

2. Dites que vous refusez de participer à l’engraissement de ces boulangers qui viennent déjà de nous ruiner avec Noël et recommenceront bientôt avec Pâques.

3. Donnez discrètement votre part au chien.

4. Coupez vous-même la galette en donnant de très grosses parts pour qu’il n’y en ait plus pour vous.

5. Dites aux gamins présents « je crois que j’ai la fève… » ils vont déniaper votre part dans l’instant.

6. Partez aux toilettes avec votre assiette et videz votre part dedans. (Vérifier que vous n’avez pas la fève avant. Si vous l’avez, fourrez-la en douce dans la part d’un voisin).

7. Cachez votre part dans une plante, sous le tapis, derrière une bibliothèque. Si elle est découverte, accusez un enfant présent.

8. Quand la fève est trouvée, profitez de l’agitation générale pour refourguer la part dans l’assiette de votre voisin.

Si vous n’êtes pas parvenu à utiliser une de ces esquives, mangez juste le bout et éparpillez le reste dans votre assiette en disant  » je laisse la croûte, hein ».

A lire aussi : les bonnes résolutions que je ne tiendrai pas

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. GabTiB dit :

    j’adore
    je dirai que la 5 fonctionne à merveille
    par contre je découvre « déniaper »…..

    1. je crois que c’est un verbe « local » signifiant mettre en pièce (à moins que je ne l’ai inventé moi-même…)

  2. angelamarchi dit :

    mais QUI n’aime pas la galette enfin ………. ????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *