« Qu’est-ce qu’on mange ?  » ou Les 7 commandements pour se simplifier la vie et le gout en cuisine

le

Chez nous, la bouffe, c’est sacré. Mais avec des parents bien occupés, 4 petites bouches exigeantes à nourrir et un budget serré, c’est une sacré organisation ! Voici nos 7 commandements pour se simplifier le gout et la vie en cuisine :

59448693

Du fait maison, tu cuisineras !

Chez nous, point de pizzas surgelés ou de ravioli en boite ! On fait un maximum nous même, pour le goût d’abord mais aussi pour la santé. Quiches à différentes garnitures, pizzas, gâteaux, desserts, sauces, … Regardez la composition des lasagnes surgelées, vous trouverez beaucoup d’ingrédients qui n’ont rien à voir avec la recette originale. Même chose pour la béchamel. De même, je préfère manger une part de fondant au chocolat et savoir ce qu’il y a vraiment dedans, avec la satisfaction de l’avoir fait soi-même en plus… Et plus on cuisine, plus on a envie de cuisiner ! Pas besoin de faire des recettes de Top Chef, quelques basiques suffisent…

Des produits de qualité, tu utiliseras ! 

MonGrand qui adore la cuisine m’a demandé l’autre jour comment être un bon cuisinier (après pompier, docteur, prof de judo, il veut devenir cuisinier…). Je lui ai dit que pour moi, la base c’était des ingrédients de qualité. Des fruits et légumes de saison, des produits sans additifs, des herbes fraiches…  Cuisiner avec les oeufs de ses poules est bien plus agréable qu’avec des oeufs de poules élevées en batterie (en plus, elles mangent les déchets organiques donc gain de poubelle!). Cet été, le potager nous a fourni des tomates, des haricots et des courgettes à foison. A l’arrivé d’un plat, la première question des enfants étaient toujours « ça vient du potager? ».

Des denrées, tu stockeras ! 

Rien de plus frustrant que de vouloir cuisiner et de manquer d’un ingrédient… Nous faisons régulièrement des « grosses courses » avec une liste de produits de base qui seront utilisés de toute façon : crème liquide, champignons, gruyère, levure, chocolat pâtissier, … On passe un pack de lait et un de jus d’orange par semaine, alors mieux vaut de pas tomber en panne le matin… Un tableau ardoise dans la cuisine permet de noter dès qu’il manque quelque chose, un énorme congèl nous permet également de stocker les restes transformés en plats à emporter pour le midi… Autant dire que s’il y a une alerte atomique, on peut tenir en état de siège un mois facile !

En promo, tu achèteras !

Avec 4 enfants à la maison (je n’ai pas oublié LaPoupée mais elle en est encore au lait), le budget courses (et pas que) est vite serré. Alors on épluche les catalogues, on compare les prix au kilo, on prend les « deux achetés le 3ème gratuit », … MonAmoureux connait les prix de chaque produit et sait à partir de quand une promo est réellement intéressante…  Je ne m’étonne plus de le voir revenir avec 3 poulets ou 6 bouteilles de ketchup …

Les repas de la semaine, tu anticiperas !

Il existe deux écoles : faire les menus, puis les courses en fonction; ou faire les courses, puis les menus en fonction. Nous sommes plutôt de la deuxième. Sans être trop psycho-rigide (on peut inverser deux soirs, ou en éliminer un…), avoir quelques idées de menus potentiels évite le « Qu’est-ce qu’on mange? » « Je sais pas et toi? » qui revient tous les soirs inlassablement et ressemble à « Un jour sans fin ». Avec cette technique, on a une vue d’ensemble sur les repas de la semaine et on peut équilibrer (tartiflette, fondue et raclette la même semaine, c’est bien de penser au calcium mais quand même!).

De la quantité, tu produiras ! 

Quand MonAmoureux se met en cuisine, il prépare plusieurs recettes à la fois. « Quitte à allumer le four, autant que ça serve! ». Il souvent 3 ou 4 plats sur le feu en même temps. Les soirs de semaine où on rentre tard, il ne reste plus qu’à les réchauffer. Par exemple, quand il fait des gougères (pour les non bourguignons = petits choux salés pour l’apéro), il en fait une centaine et les congèle par sachets de 20. Pour les apéros à l’improviste, on a toujours de quoi grignoter !

Au gout, tes enfants tu éduqueras !

J’ai l’habitude de cuisiner avec les enfants. C’est long, ils en foutent partout, mais quelle fierté quand ils apportent leur recette à table ! Leur montrer que non, le poisson pané n’est pas carré, qu’on peut aussi paner son poisson soi-même, leur expliquer l’origine des produits, les mélanges, leur faire gouter les épices … J’aime quand ils passent une tête en cuisine, viennent mélanger, jeter un oeil au four… Le nouveau jeu du moment, c’est de deviner quel légume il y a dans la soupe. Ni vu, ni connu, les bols sont finis en moins de deux !

Et chez toi, qu’est-ce qu’on mange ce soir ?

 

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *